La ville Enchantée de Mrs Oliphant

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 9.0/10 (1 vote pris en compte)

Cette ville Enchantée est un titre très intéressant car d’une part écrit par une femme, ce qui est assez rare pour l’époque dans ce genre et surtout pour le contexte. Le premier point à relever est que nous avons un préface assez conséquent qui nous permet de mieux comprendre justement ce contexte et l’histoire de Mrs Oliphant et les raisons qui l’ont poussé à écrire ce récit. Ce préface à l’avantage d’être très bien documenté mais dévoile à mon sens trop d’informations sur le récit lui-même, alors peut-être qu’il serait plus sage de le lire finalement après.

Quelle ne fut donc pas notre stupeur lorsque soudain, en plein juillet, au zénith de nos délices, nous nous vîmes envahis par les ténèbres comme au plus sombre jours de l’hiver !

Quand au récit, cela est étrange de plonger dans cette histoire avec ces tournures de phrases et cette ambiance. Aussi surprenant par rapport au contenu, et notamment la façon dont sont présentées les femmes, avec un macchisme qui ferait palir bien des féministes contemporaines alors quand on sait qu’il s’agit d’une femme qui a écrit, c’est totalement déstabilisant ! Nous nous retrouvons plongés plus d’un siècle en arrière et on pourra donc appréhender tous le chemin parcouru sur la reconnaissance des femmes…

Le fond du récit est assez étrange, les morts reviennent pour mettre à la porte tous les vivants leur reprochant… On sait pas trop en fait, probablement leur manque de respect pour Dieu… Le récit se fait au travers des écrits de deux des protagonistes et nous pouvons lire la crainte évoluée. Un court roman à découvrir parce qu’il est le reflet d’une société que nous avons du mal à imaginer et parce que ce récit fantastique sort clairement des sentiers battus.

Un choix judicieux pour le premier titre de la collection Baskerville de Rivière Blanche. En espèrant que nous pourrons retrouver dans cette collection d’autres petits bijoux de ce genre.

…personne, personne, pas une ombre, pas une âme, et cependant une foule !

Black Coat Press (Mars 2011) – Rivière Blanche – Baskerville – 179 pages – 17.00€ – 9781935558910

Traduction : Henri Bremond

Couverture : Daniele Serra

C’est plus qu’il n’en faut pour faire sortir les morts de leurs tombes !

Juillet 1875. Semur, paisible ville fortifiée de la Haute-Bourgogne, est le théâtre d’étranges phénomènes. Un beau matin, ses habitants sont chassés hors les murs par une force irrésistible, et, alors qu’ils s’efforcent de survivre dans la campagne environnante, voient leur cité animée par des présences d’une effroyable familiarité : leurs bien-aimés, leurs chers disparus, qui reprennent droit à la vie tant les vivants leur en semblent indignes.

Tour à tour, Martin Dupin, le maire de Semur, le comte de Bois-Sombre, un farouche conservateur, Paul Lecamus, un visionnaire rongé par le chagrin, et bien d’autres, témoignent et s’interrogent : qui est l’ordonnateur de ce retour des morts ? et que veulent-ils nous dire ?…

Premier Chapitre : Lire

La ville Enchantée de Mrs Oliphant, 9.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *