L’arbre de l’été de Guy Gavriel Kay

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

La Tapisserie de Fionavar 1

Kimberly Ford, Kevin Laine, Jennifer Lowel, Dave Martyniuk et Paul Schafer sont cinq jeunes gens, étudiants de l’université de Toronto. Après avoir participés à une conférence tenue par un certain Docteur Marcus, sur les celtes, ils vont se retrouver sur un autre monde, ou plutôt sur une autre image de la Terre, en fait la base de tous les mondes dont la Terre que nous connaissons n’est qu’un exemplaire très différent, Fionavar. Ce mystérieux voyage, qui n’aurait du être qu’une escapade de deux semaines va se transformer en une quête contre le mal.
Mené par le Docteur Marcus, en fait un mage nommé Mantel d’Argent, accompagné de sa source le Nain Matt Sören. Ils vont, chacun à leur façon, prendre une place prédominante dans ce combat contre un dieu, Rakoth Maugrim, retenu depuis un millénaire au cŒur d’une montagne.

Dès ce premier volume, tout en présentant le monde de Fionavar, son histoire, ses différents partis humains, ses races, Nains, Lios Alfar (Des elfes), les cavaliers des plaines, mais aussi ses dieux, qui même s’ils n’ont pas le droit d’intervenir directement, ne se privent pas d’être présents, plus que présents, l’action entre tout de suite dans le vif du sujet. Nous sommes sur un monde d’heroic fantasy, avec ses combats à l’épée, sa magie, ses créatures de la nuit, les svart alfar, son héroïsme et ses morts. En fait, presque tout est posé dans ces quelques centaines de pages, avec de nombreux personnages, tous très bien décrits, tous différents, comme les deux Princes, frères, mais si dissemblables.
Chacun des cinq terriens va aussi trouver sa place, devenant soit guerrier et proche d’une déesse, soit Prophétesse, d’autre suivant une destinée tout aussi fabuleuse, leur faisant croiser le chemin de personnages mythique.
Toute cette histoire est relatée le long des fils de la tapisserie que le Tisserand monte à fur et à mesure que se présente les fils sous sa navette, sorte de figure du destin, mais pas si prédestiné que cela.


France loisirs (1996)534 pages ISBN : 2-744-16816-5
Traduction :
Titre Original : (0)

Couverture : de Sandrine Gestin
Avis Ciné :
En savoir plus
Editions Pygmalion 1984

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *