Le 33ème mariage de Donia Nour de Hazem Ilmi

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 10.0/10 (1 vote pris en compte)

Il est des titres où l’on se pose la question à la lecture du quatrième de ce que cela pourrait donner. C’est exactement ce que je me suis dit en regardant cette parution d’avril chez Denoël.

Le petit couplet autour de l’anonymat souhaité par l’auteur a titillé ma curiosité et m’a fait me lancer dans cette lecture qui reste pour moi une très bonne découverte : nous sommes dans quelques années (en 2048) en Egypte et nous faisons la connaissance de Donia Nour, une jeune femme qui a trouvé, semble-t-il, le moyen de fuir sa condition.

Car dans cette Egypte futuriste, le Nezam est en place, une dictature religieuse qui allie avec un brio diabolique consommation et religion. La conséquence est une division de l’Egypte en 3 zones géographiques et sociales allant de la classe la plus basse dans les terres à la classe la plus haute en embouchure du Nil. Comme on s’en doute, la condition de la femme n’est pas des plus enviables et l’homme à tous les droits notamment en terme de mariage. Mais il existe une faille qui peut permettre de gagner beaucoup d’argent et c’est cette faille qu’exploite Donia : se marier comme femme pure pour annuler le mariage dès le lendemain et se faire reconstruire sa virginité…

Et elle a déjà fait 32 mariages, profitant de ce désir malsain des hommes vis-à-vis des jeunes femmes : un dernier mariage et elle pourra enfin quitter l’Egypte et rejoindre le monde occidental et sa liberté. Mais rien ne se passe comme prévu et elle a senti dès le départ qu’elle jouait gros. Le pire arrive et sa vie est désormais en danger.

La jeune femme croisera rapidement la route d’un jeune homme enlevé puis relâché par les extra-terrestre, une situation qui permet d’apporter un peu de légèreté à un texte qui serait sinon particulièrement dur. Il est évident que toute la thématique du roman justifie l’anonymat de son auteur tant Hazem Ilmi pointe du doigt que tout cela ne sert finalement qu’à une et uniquement chose : asservir les pauvres et conserver la richesse sur une forme d’élite qu’elle soit politique ou religieuse.

Si le texte est bien sûr poussé à l’extrême, les messages qui sont passés n’en sont pas moins forts et reflet de nos sociétés (car ce n’est pas uniquement cette future société égyptienne qui est en cause mais aussi cette société occidentale qui s’accomode de bien des dictatures pour maintenir ses avantages et son luxe).

Si ce livre vous faisait de l’oeil et que vous hésitiez encore : sautez le pas et vous ne le regretterez pas.

Denoël (Avril 2018) – Denoël & Ailleurs – 368 pages – 20.90€ – 9782207136195
Traducteur : Hélène Boisson (allemand / Egypte)
Titre Original : Die 33. Hochzeit der Donia Nour

Égypte, 2048. Le pays est sous l’emprise du Nezam, dictature d’un genre nouveau, mariage infernal entre consommation et religion. 
Avide de liberté et incapable de s’adapter à cette étrange tyrannie, une jeune femme, Donia Nour, n’aspire qu’à une chose : quitter le pays. Malheureusement les frontières sont étroitement surveillées et le passage en Europe coûte un kilo d’or. Elle décide donc de tirer profit du système : elle épouse régulièrement des hommes fortunés et fait annuler le mariage aussitôt le douaire empoché. Mais, le soir de son trente-troisième mariage, la situation dégénère, et elle se trouve contrainte de prendre la fuite. Au cours de sa cavale désespérée, elle prend conscience de l’ampleur des machinations mises en place par les riches et les puissants. Très vite, elle comprend qu’au-delà de sa propre vie, c’est la liberté du pays tout entier qui est en jeu.

Le 33ème mariage de Donia Nour de Hazem Ilmi, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *