Le Banni de Recluce de L.E. Modesitt

Le Monde de Recluce 1

Très jeune, Lerris s’ennuit en permanence et la quête de perfection de la population, dans le but de servir l’Ordre et d’éloigner au possible la Chaos ne fait que rajouter à son ennui…
Ses parents l’envoie donc chez son oncle pour qu’il apprenne le métier de charpentier et que lui aussi serve, par la qualité de son travail, l’Ordre… Pourtant, le travail, bien qu’il y mette toute la bonne volonté possible, ne lui plaît pas et il retombe dans l’ennui.
Il n’y a donc pas le choix, il va falloir qu’il parte en exil car il n’est pas fait pour la vie de l’Ordre… et ce départ signifiera peut-être la mort, peu reviennent et encore moins peuvent réintégrer la communauté.
Un dernier adieu à ses parents et voilà qu’il part rejoindre les Maîtres.
Sa route sera parsemée d’embûches et il commencera à prendre conscience rapidement qu’il n’est pas comme tout le monde, qu’il possède certains talents ou dons qui risquent de lui servir dans la lutte qui se prépare entre l’Ordre et le Chaos.

Comme je l’ai précisé sur la fiche de présentation globale du site, je n’ai pour l’instant lu que les premiers chapitres, et ce qu’il semble se dégager de cette oeuvre est tout d’abord que nous aurons le droit à une quête initiatique et nul doute n’est permis quand à la place qu’il prendra à l’avenir dans le conflit opposant le mal et le bien…
Le reproche essentiel tiendrait à l’absence d’originalité dans le début de cette aventure : en effet, il s’agit encore d’un jeune garçon un peu paumé et mal intégré à sa société qui va devoir cheminer pour en apprendre plus sur lui et envisager un retour au pays… Durant ce temps, il apprendra qu’il est doté de certaines capacités qui font de lui une personnalité importante pour l’équilibre du monde… Bref, on pourrait dire du remâcher…
Néanmoins, je suis resté scotché dans la lecture des premiers chapitres, et je pense donc que ce sentiment de déjà vu risque de disparaître, l’écriture de L.E. Modesitt étant légère et fluide (voilà que je parle comme en cuisine). Le héros est bien gentil et bien naïf et on salive d’avance aux bâtons que l’auteur mettra sur la route de ce futur magicien… Bah oui, on aime ce genre d’histoires (moi particulièrement) et les références de grands noms quant à la qualité de l’ensemble ne peuvent qu’inciter à aller plus loin dans la lecture…
Bon promis, je le finis rapidement et je complète mon avis !!

L’île de Recluce est un havre de paix isolé dans un monde déchiré par la guerre millénaire qui oppose les maîtres de l’Ordre aux puissances du chaos. Pourtant, le jeune Lerris est incapable de se conformer à la vie ordinaire d’apprenti qu’il mène dans la ferme de son oncle.
Un jour, la sentence tombe : comme tout ceux qui refusent de se soumettre aux principes de l’Ordre, il est puni de bannissement par les maîtres de Recluce. Pour espèrer revoir sa terre natale, il n’a d’autre choix que d’entreprendre le dangergeld, un long voyage dont peu reviennent jamais…
Sur la route de la cité maudite de Vrecair, un étrange mage gris lui fait prendre conscience des dons magiques exceptionnels qu’il doit apprendre à maîtriser. Il réalise alors qu’il constitue le pion d’une vaste machination mettant en jeu l’équilibre des puissances… Quel mystérieux but poursuivent les maître de Recluce ? Et quel en sera le prix ?

Mnemos Icares (Juin 2004)497 pages 9.99 € ISBN : 2-915-15923-8
Traduction : Laurent Calluaud
Titre Original : The Magic of Recluce (1991)

Couverture : de Michael Welply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *