Le Coq et l’enfant d’Andoryss

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 9.0/10 (1 vote pris en compte)

Le Passageur – Tome 1

Jeune gitan sédentarisé, Matéo Soler a perdu sa mère et sa sœur, de sa faute si on s’en réfère à son père… La situation est donc déjà explosive à la maison malgré la bonne volonté de son frère Dio et de sa seconde sœur Luiga. Resté faible suite à la maladie qui a emporté une partie de sa famille, il est la cible dans son lycée de tous les clichés associés à ses origines, tant de la part des autres élèves que de l’encadrement scolaire à de rares exceptions prêts.

La situation lui semblait déjà plus que compliquée et elle le deviendra encore plus lorsqu’il commencera à entendre des pleurs… La vie du jeune Matéo ne risque pas de s’arranger puisqu’il a hérité du pouvoir de sa mère, alors même que ce pouvoir ne devrait normalement être que pour des femmes, celui de Passageur, qui doit libérer les âmes trushal odji.

Tu dis que t’es un Passageur, non ? Alors tu cherches l’âme qui t’appelle. Et je serais toi, je ne perdrais pas de temps. Les mulo ne sont pas patients, pour ce que j’en sais.

Mais comment réussir à remplir ce rôle lorsque l’on est déraciné et que personne ne peut croire qu’il est ce qu’il dit être.

Avec beaucoup d’intelligence, Andoryss réussit dans ce premier volume du cycle Le Passageur a nous faire découvrir cet étrange pouvoir en mettant en avant dans le même temps ce que peut être la vie d’un adolescent victime des a-priori liés à des origines gitanes. Un moyen de faire réfléchir aussi sur l’image et l’impact de nos attitudes sur les autres. Il y ait aussi beaucoup question de familles, d’une famille qui essaie de remonter la pente après la mort de la mère et la fille.

J’ai particulièrement apprécié le choix du premier “Passage”, qui se déroule pendant la Commune de Paris, un élément de notre histoire peu connue bien qu’ayant impliqué Louise Michel.

Un premier opus prometteur !

Lynks (Mai 2018) – 280 pages – 15.90€ – 9791097434151

Matéo Soler sait que les fantômes existent. Il le sait parce que sa mère en a aidé des dizaines à trouver le repos, jusqu’à ce qu’elle-même meure, des années auparavant. Ce que le jeune garçon ne pouvait pas deviner, par contre, c’est qu’il hériterait de son pouvoir. Devenu Passageur à son tour, le voilà contraint de lutter contre un trushal odji, une âme affamée. Pour s’en libérer, Matéo n’a d’autre choix que de rejoindre l’âme dans son époque d’origine afin d’y apaiser sa mort. Mais alors qu’il est propulsé au temps de la Commune et au milieu des horreurs de la semaine sanglante, il comprend que sa tâche ne sera pas si facile…

Le Coq et l'enfant d'Andoryss, 9.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *