Le Déchronologue de Stéphane Beauverger

Difficile exercice que celui de résumer un livre dont les chapitres ne se présentent pas dans l’ordre chronologique : en effet, on commence par le chapitre I, normal, puis XVI, XVII, VI, II…etc. Mais attention, ça n’est pas un défaut d’impression, c’est bien voulu et c’est tout à fait dans l’esprit du livre, “déchronologique”…
Pour faire simple, c’est l’histoire du capitaine Villon, illustre marin, fripouille à ses heures, pirate, trafiquant mais aussi combattant. Son histoire se déroule dans les Caraïbes au XVIIème siècle, en plein affrontement franco-espagnol pour le contrôle de la zone. Cependant, des “failles temporelles” apportent des objets venus du futur, ceux-ci faisant l’objet de véritables trafics et convoitises (notamment de la part de Villon). Mais bientôt ce sont aussi des gens qui arrivent du futur, appelés les Targui…
Tout ceci jette le trouble au sein des Caraïbes, mais aussi dans le reste du monde. Le jeu politique est bouleversé, les grandes puissances s’effondrent une à une… Va -t-on vers la fin du monde ? Le capitaine Villon est chargé par certains des Targui de rétablir la situation, et pour cela, son navire est équipé de “canons temporels”, qui tirent du temps. Villon doit ainsi traquer les “intrus” venus d’autres époques…

Ce livre vaut véritablement le détour pour plusieurs raisons :
D’abord il est très original dans son propos : il est rare de trouver un roman mélangeant récit d’aventures maritimes et science-fiction. L’originalité est aussi dans la forme : les chapitres sont, comme je l’ai dit, présentés déchronologiquement mais de façon très fine car permettant d’aborder rapidement le côté “science-fictionnel” et entretenant le suspens.
Ensuite il est très bien écrit : le style de l’auteur est impeccable, les codes du roman maritime sont là (le vocabulaire, le langage…), le tout est très entraînant et dépaysant ! L’auteur a effectué de nombreuses recherches historiques sur l’époque, les conflits, la navigation, la piraterie…etc. Il nous livre d’ailleurs une bibliographie à la fin du roman qui donne envie d’aller voir plus loin.
Enfin, pour le personnage d’Henri Villon, très attachant, complexe et complet.
Un autre détail que j’ai adoré : chaque début de chapitre est précédé d’une citation extraite de chants de marins, musique traditionnelle ou autre. Ca colle à chaque fois parfaitement avec l’ambiance du récit, et ça donne envie d’écouter les morceaux en même temps !

“A tous les buveurs de tafia et à tous ceux qui restent debout”
Au XVIIè siècle, sur la mer des Caraïbes, le capitaine Henri Villon et son équipage de pirates luttent pour préserver leur liberté dans un monde déchiré par d’impitoyables perturbations temporelles. Leur arme : le Déchronologue, un navire dont les canons tirent du temps.
Qu’espérait Villon en quittant Port-Margot pour donner la chasse à un galion espagnol ? Mettre la main, peut-être, sur une maravilla, une des merveilles secrètes, si rares, qui apparaissent quelquefois aux abords du Nouveau Monde. Assurément pas croiser l’impensable : un Léviathan de fer glissant dans l’orage, capable de cracher la foudre et d’abattre la mort !
Lorsque des personnages hauts en couleur, au verbe fleuri ou au rugueux parler des îles, croisent objets et intrus venus du futur, un souffle picaresque et original confronte le récit d’aventures maritimes à la science-fiction. De quoi être précipité sur ces rivages lointains où l’Histoire éventrée fait continûment naufrage, où les marins affrontent tous les temps. Car avec eux, on sait : qu’importe de vaincre ou de sombrer, puisque l’important est de se battre !

La Volte (2009)390 pages 18.00 € ISBN : 9782917157053 (2009)
Couverture : Corinne Billon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *