Le Faucheur de Terry Pratchett

Les Annales du Disque Monde 11

Dans la salle où sont rassemblés les sabliers qui égrènent le temps de vie des habitants du Disque-monde, une chose étrange vient de se produire sous les yeux de la mort. Il (sur le Disque-monde la mort est un mâle) vient de voir un sablier en or qui n’était pas là auparavant et sur lequel est écrit “la mort”.

Pendant ce temps, à l’université de l’Invisible d’Ankh Morpork, Vindelle Pounze, 130 ans, attend sa mort, car il en connaît, comme tous les mages, la date : ce soir. Ses collègues lui ont préparé une grande fête pour son départ. Mais au moment venu, rien, personne … Alors ne sachant que faire, il regagne son corps, devenant ainsi un mort vivant à la grande déconvenue des autres mages.

Mais il n’est pas le seul dans ce cas. Partout sur le Disque-monde se produisent des événements semblables. Il semble bien que la mort n’assure plus son travail.
Qui est donc ce personnage qui est venu chercher un travail de moissonneur dans une ferme des montagnes du Bélier ? D’où viennent ces globes remplis de poudre blanche qui apparaissent partout ? Que font les membres du “club du nouveau départ” lors de leurs réunions ?

GIL
Deux histoires menées en parallèle : celle des mages et celle de Pierre Porte. D’un côté la nouvelle vie de la mort, personnage que l’on rencontre dans tous les tomes et que l’on découvre un ici sous un autre profil. De l’autre côté, la vie des mages confrontés aux morts vivants et aux apparitions bizarres : délires de situation habituel pour Prachett avec des objets de notre quotidien propulsés dans une réalité héroic-fantasy. Un bon tome dans la série.

ETIENNE
Une aventure en forme de pause dans la série : la mort va se faire licencier. Cette partie de l’aventure est moins amusante que l’autre aspect: l confrontations morts/vivants (dont les protagonistes auraient mérité plus de développement : le croquemitaine par ex) mais l’ensemble ne dénature pas la série.

Pocket 0 pages ISBN : 2-266-12135-9
Traduction : Patrick Couton
Titre Original : Reaper man (1991)

Couverture : de Josh Kirby
l’Atalante 1998

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *