Le feu de Dieu de Pierre Bordage

Lise : Franx, persuadé que la fin du monde est proche, retape une ferme du Périgord, nommée “le feu de Dieu”, et l’aménage en vue de la catastrophe, y amassant réserves d’énergie et de nourriture. Mais les familles et amis qui l’ont suivis dans l’entreprise se désistent une à une avec le temps, et, alors que Franx n’y croit plus trop lui-même, il monte à Paris pour une affaire de succession familiale.
Malheureusement pour lui, et pour toute l’humanité, c’est à ce moment que la catastrophe survient.
La Terre entière est secouée de secousses telluriques, d’éruptions volcaniques et de pluies de cendres incessantes qui rendent les ténèbres perpétuelles. Tout notre monde s’en retrouve bouleversé et les rares survivants du cataclysme vont devoir s’organiser. L’ancienne société n’a plus lieu d’être et les hommes n’ont plus que le choix de s’entretuer ou de s’entraider pour survivre.
Au milieu de ce véritable chaos, Franx va devoir parcourir plus de 500 km pour rejoindre le feu de Dieu, accompagné d’une petite fille muette que sa mère mourante lui a fait jurer de protéger. Au début plus encombré qu’autre chose par ce fardeau, Franx va vite s’attacher à la fillette, et réciproquement. Elle va vite se révéler une des clefs de leur survie puisqu’elle a des pouvoirs psy qui lui permettent de voir ce qui est caché ou l’avenir proche. Ne pouvant communiquer par la parole, elle transmet ses visions à Franx par télépathie, leur permettant de se sortir de bien des situations périlleuses…
En parallèle, on suit aussi l’histoire de la femme et des enfants de Franx, restés au feu de Dieu avec Jim, un “ami” d’une des familles ayant déserté plus tôt la ferme. Il va vite se révéler être un véritable parasite, profitant sans réserve de tout ce qu’offre le refuge du feu de Dieu, et voulant y imposer sa loi. Une atmosphère oppressante qui transforme vite en enfer la vie d’Alice, le femme de Franx, et celle de Zoé et Théo, leurs enfants, qu’elle essaie de protéger à tout prix du “prédateur” coincé avec eux.
Franx parviendra-t-il à les rejoindre, arrivera-t-il à temps pour les sauver ?

Lise : Un roman riche en rebondissements et très imaginatif, comme toujours. On se laisse porter avec délectation par les aventures des personnages et on ne décroche pas. L’alternance des lieux de l’action, d’un chapitre à l’autre, amène une intéressante variété au récit : un chapitre pour Franx et son “odyssée” pour rejoindre le Périgord, alterné avec un chapitre sur ce qui se passe au Feu de Dieu (sous forme de huis-clos). On ne s’ennuie vraiment pas !
On y trouve en plus les thèmes chers à l’auteur : l’humanité et ses limites, la barbarie mais aussi l’espoir.
Je conseille la lecture de ce livre à tous, et pourquoi pas à un lectorat qui ne lit pas de science-fiction. Il est plutôt facile à aborder, et l’histoire, ainsi que les personnages, restent très proches de nous. En effet le cataclysme, même s’il n’est pas décrit très précisément, pourrait certainement se produire demain…

Allan : Dans cette nouvelle oeuvre d’anticipation, Pierre Bordage nous entraîne à la suite d’un homme qui a préparé les évènements apocalyptiques qui sont la conséquence directe de notre interaction nocive avec la nature.
Comme d’habitude, le mode de narration adopté par Pierre rend le rythme soutenu, nous faisant alternativement partager la vie sur les routes, dans le nouveau monde créé, et la vie enfermé…
De nombreux points sont mis en avant, nous voyons notamment à quel point l’auteur fait confiance à la créativité de l’homme dans l’horreur ! Ces scènes sont d’autant plus dérangeantes, que nous découvrons jour après jour des choses affreuses… Les personnes à qui nous faisions le plus confiance peuvent se révéler rapidement de terribles prédateurs, prêt à tout pour rester parmi les survivants d’une population décimée, préférant la solitude et l’isolement à une possible reconstruction de la civilisation
Malgré tout, un espoir demeure, encore une fois marqué par des enfants qui semblent être tout deux au cŒur de l’aventure : il s’agit de la petite fille qui accompagne Franx, petite fille qu’il a fini par sauver malgré la ligne de conduite qu’il s’était fixée de ne pas prêter la moindre attention à ses semblables. La façon dont évolue la personnalité de Franx est aussi un moyen de montrer à quel point l’homme peut changer.
J’ai lu aussi que l’on prêtait souvent des aspects mysogynes à Pierre : ce titre fera à coup sûr mentir cette réputation tant la femme de Franx, de même que son aînée, font preuve d’un courage et d’une force de caractère qui ne les abandonnera jamais !
Espèrons que sur cette trame bien pessimiste du devenir de notre planète, l’auteur ne se retrouvera pas prophète.

Prévoyant la catastrophe, Franx a convaincu les siens de fortifier le Feu de Dieu, une ferme du Périgord, conçue pour une autonomie totale de plusieurs années. Mais le cataclysme le surprend à Paris et, pour rejoindre sa famille, il entreprend une impossible odyssée, à pied dans des ténèbres perpétuelles en compagnie d’une autre survivante, une petite fille muette. Pendant ce temps, dans l’arche transformée en bunker, sa femme et leurs deux enfants se retrouvent sous la menace d’un dangereux paranoïaque qui a pris possession des lieux…

Défiant sur leur terrain les maîtres du scénario catastrophe, Bordage conduit son récit à un rythme et dans un suspense impitoyables. Le lecteur suit, halluciné, cette quête pour la vie dont il sortira, comme les personnages du roman, transformé, pacifié et grandi.
Au Diable Vauvert (mars 2009)493 pages 23.00 € ISBN : 9782846261968 (2009)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *