Le fils de la perdition de Christophe Bec et Andrea Mutti

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 7.0/10 (1 vote pris en compte)

9782302031012FS

Perkis est conducteur de métro sur une des lignes les plus fréquentées de la région parisienne. D’une humeur souvent maussade, la situation ne s’améliorera pas quand une jeune femme se jettera sous les roues de son métro. Traumatisé par l’évènement, le jeune homme va tenter de comprenpre la raison de son acte et découvrir que la jeune femme était persuadé de porter l’antechrist…

Cette bande-dessinée qui est un one-shot, bénéficie d’un dessin très sombre, de grande qualité, qui nous plonge rapidement dans l’ambiance de l’histoire… Une histoire bien sombre qui s’appuie sur la Bible et notamment sur le fils de la perdition qui n’est autre que l’antechrist. L’auteur prend le temps de nous dépeindre le caractère et surtout l’humeur du conducteur et après que le suicide est lieu, la lente descente dans l’horreur.

Mais Perkis est-il réellement objectif quand il mène cette “enquête” et n’est-il pas tromper par les médicaments et l’angoisse qui le tenaille ? Difficile à dire et de faire la différence entre ce qui est du domaine du surnaturel et ce qui n’est finalement qu’un dérapage du personnage.

Une histoire dont la fin m’a semblée par contre trop “brutale” et pas forcément très compréhensible… Dommage !

Soleil (Novembre 2013) – 76 pages – 16.95€ – 9782302031012

Scenario: Christophe Bec
Dessinateur : Andrea Mutti

La vie de Perkis Sambatan bascule le jour ou une jeune femme enceinte se jette sous les roues de la rame de métro qu’il conduit. Traumatisé par cet évènement et ne parvenant pas à s’enlever cette terrible image de la tête, Perkis mène son enquête. Il découvre que la jeune femme était persuadée de porter dans son ventre l’Antéchrist et que son geste de désespoir permettrait de sauver l’Humanité. Réalité ou divagations d’une fanatique ? Toujours est-il que depuis ce suicide, Perkis perçoit les signes annonciateurs d’une future Apocalypse.

Le fils de la perdition de Christophe Bec et Andrea Mutti, 7.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *