Le Fléau de Stephen King

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 9.0/10 (1 vote pris en compte)

Le Fléau 1

Charlie Campion, un militaire travaillant sur une base secrète américaine, réveille sa femme Sally en pleine nuit et la pousse à s’habiller ainsi que la petite rapidement pour fuir au plus vite le camp en allant dans la direction opposée au vent… Le départ se fait de façon plus que précipité et Sally est inquiète de savoir ce qu’il se passe. Tout ce qu’elle arrive à savoir, c’est que quelque chose a déraillé et que si ils veulent avoir le temps de se sauver, c’est maintenant !

Arnette, petit village perdu au fin fond de la campagne… Stuart Redman, un pauvre type qui a perdu tout à ce quoi il tenait passe la plupart de son temps dans la station service de son ami qui est à peu près le seul à avoir du travail… Ils sont tranquillement installé à l’intérieur quand Stu voit arriver la voiture de Campion directement sur les pompes ; après avoir coupé l’arrivée, ils vont portés secours à la famille mais il est déjà trop tard : la femme et l’enfant sont déjà morts, quand à l’homme, ce sera bientôt le cas…

Frannie, jeune fille brillante, est enceinte et elle a des difficultés à savoir ce qu’elle va pouvoir faire…

New-York, Larry Underwood, jeune chanteur qui vient tout juste de percer, revient voir sa mère pour régler ses problèmes d’argent lié à un pétage de plomb en règle…

Du côté de l’armée, l’inquiétude règne… La base de Campion était une base d’expérimentation pour les nouvelles maladies. Or une fuite s’est produite, infectant – et tuant- tout le personnel médical du centre : seul Campion a réussi à s’enfuir provoquant partout une vague de super grippe : taux de contamination de 99,4%, entrainant systématiquement la mort… Les survivants vont commencer à faire d’étranges rêves de vieille femme et de voyageur solitaire…

J’ai Lu n°15141 (Juin 2003)764 pages 7.50 € ISBN : 2-253-15141-6
Traduction : Jean Pierre Quijano
Titre Original : The Stand (1978)

Couverture : Davidpaire.com et F.Innocente
J.C. Lattès 1991

Une des oeuvres majeures de Stephen King : au delà de la dualité classique entre le bien et le mal, on sent, au sein de certains personnages, des duels internes car il aurait un peu trop facile de classer les personnes dans “bons” ou “mauvais”… Derrière cette histoire assez classique sur le début (les virus se répandant sont un thèmes récurrent de la littérature), le côté surnaturel arrive rapidement en force avec notamment les pouvoirs du terrible Randall Flagg. Nous avons le droit à une critique en bonne et due forme des expérimentations sur les virus et bactéries mais aussi à ce que devient l’homme une fois privé de toute la technologie : bien évidemment, c’est à la “mauvaise” communauté qu’il revient le privilège de baser à nouveau leur société sur la technologie… Une oeuvre clef qui permet de mieux comprendre l’esprit de l’auteur

Le Fléau de Stephen King, 9.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *