Le Héros des Siècles, de Brandon Sanderson

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 10.0/10 (1 vote pris en compte)

Fils-des-brumes, tome 3

Vin a libéré le pouvoir du Puits de l’Ascension, mais désormais, le monde est au bord de la destruction. Les brûmes et les cendres envahissent de plus en plus le monde, qui est secoué de plus en plus par des tremblements de terre. Avec Elend, et les autres survivants du siège de Luthadel, elle tente de découvrir quel secret le Seigneur Maître cachait encore, qui pourrait être leur dernier espoir pour sauver leur monde.

Point final d’une trilogie maîtrisée de bout en bout par son auteur, Le Héros des siècles succède aux deux précédents tomes en proposant une aventure de la même qualité.

Dès le début du roman, on découvre que les héros sont plus désespérés que jamais. Alors qu’ils ont tout fait pour que leur monde soit meilleur, ils s’aperçoivent que les choses n’ont fait qu’empirer, et qu’ils ont été trompés depuis le début, à tel point qu’ils ne savent plus ce qu’ils doivent croire. Pire encore, ils découvrent que celui qu’ils jugeaient comme un homme mauvais, le Seigneur Maître, était en fait peut-être un homme aux intentions toutes aussi bonnes que les leurs.
Bien que l’univers du roman est désormais connu des lecteurs, après deux tomes le décrivant en détail, on découvre pourtant encore dans ce troisième tome des éléments présents depuis le débuts, et qui pourtant nous étaient encore totalement inconnus, des éléments pour lesquels tout était bien pensé depuis le départ. Après avoir découvert l’Allomancie dans le premier tome, puis la Ferrochimie dans le second, c’est donc à présent l’hémalugie que l’on découvre, un nouveau pouvoir obtenu grâce aux métaux. Et on se rend compte que l’auteur avait bien pensé à tout dès le début, avant même d’écrire une seule ligne.
Petit à petit, à travers les yeux du groupe de héros, on découvrir les éléments du puzzle qui se mettent en place. Et encore une fois, il faut s’attendre à être surpris. Car tout comme les héros, le lecteur doit se préparer à voir ce qu’il croyait vrai être totalement différent de ce qu’ils pensait, et ceci sans que ça paraisse totalement improbable. Au contraire, encore une fois on s’apperçoit que tout ça était pensé depuis le départ.
Comme les héros, on en vient donc à se demander ce qu’il faut encore croire ou pas, notamment autour du Héros des siècles qui donne son titre au roman. Car si dans le premier tome, Vin représentait le héros central, petit à petit, tout les membres du groupe qui l’entoure sont venus à égalités, et on en vient à se demander qui sera réellement le héros.

Après avoir proposé un premier roman dans lequel les héros tentent de renverser le pouvoir d’un tyran, puis un second roman dans lequel ils tentent de résister aux attaques de nouveaux ennemis souhaitant leur dérober leur pouvoir fraîchement aquis, ce troisième tome met les héros dans la position inverse du premier tome.
En effet, à présent qu’il dirige l’Empire Ultime, Elend doit faire à son tour des choix, des choix qui ne seront pas toujours facile, au point qu’il en arrivera par moment à comprendre le Seigneur Maître, et à hésiter à faire les mêmes choix que lui. Une partie du roman d’ailleurs mettra les héros face à une tentative de rébellion, telle que la leur contre le Seigneur Maître, inversant vraiment totalement les rôles, et offrant ainsi un point de vue très intéressant sur la situation, les héros s’étant trouvés des deux côtés.

Si sur la fin, les choses semblent plus venir de manière logique, cela n’empêche pas à l’auteur de surprendre le lecteur comme il a pu le surprendre dans les précédents tomes.
Il reste que dans ce troisième tome, j’ai trouvé les passages introducteurs à chaque chapitres un peu moins efficaces et intéressants que dans les précédents. Ici, on s’interroge d’un bout à l’autre sur l’identité de celui qui écrit ces lignes, mais le personnage en question semble parfois se répéter ou tourner en rond, sans apporter au lecteur grand chose d’intéressant. Autre point un peu négatif également, j’ai trouvé que les questionnements sur les religions du personnage de Sazed étaient un peu trop envahissants dans le récits, et répétitifs. Cela amène cependant à quelque chose de plutôt intéressant au final, mais sans doute aurait-il fallu moins s’attarder sans arrêt là dessus.

Malgré tout, Le Héros des siècles confirme que Brandon Sanderson est un auteur de qualité, et clôture à merveilles la trilogie fils-des-brumes, une trilogie originale et de qualité, que je conseillerais à tous les amateurs de fantasy, sans aucune hésitation.

Editions Orbit (20 Avril 2011) – 600 pages – 25,90 € – 9782360510139

Qui sera le Héros des Siècles ?

Pour mettre fin à la tyrannie, Vin a tué le Seigneur Maître. Mais en essayant de fermer le Puits de l’Ascension, elle a laissé s’échapper une des formes maléfiques de l’Insondable. Depuis, les Inquisiteurs et les brumes font toujours plus de victimes, tandis que les cendres qui tombent du ciel menacent d’affamer les hommes et d’ensevelir le pays.
Vin et Elend tentent de sauver ce qui peut encore l’être. Pour cela, ils doivent à tout prix découvrir les derniers secrets du Seigneur Maître : l’ultime cachette d’atium, le plus puissant métal des Fils-des-Brumes… et l’identité du Héros des Siècles.

Le Héros des Siècles, de Brandon Sanderson, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *