Le jour des Triffides de John Wyndham

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 9.0/10 (2 votes pris en compte)

Alors qu’il est à l’hôpital suite à une blessure faite par un Triffide, ces étranges plantes apparues quelques années aupravant, Bill Mansen fait partie de la minorité à ne pas avoir pu assister à la pluie de comètes… Une chance pour lui, car tous ceux qui ont pu le voir sont devenus aveugles. La situation est pour le moins dramatique et cela pourrait signifier la fin du monde humain puisque, sans la vue, l’homme semble bien dépourvu.

Dans ce roman, deux trames se tissent. La première concerne la façon dont l’humanité va pouvoir survivre au plus grand fléau qu’ils aient pu connaître bien qu’on ne puisse pas parler de fléau au sens médical puisque la cause de l’aveuglement restera introuvable. Les hommes confrontés à une situation totalement hors de contrôle cherchent un moyen pour survivre et cela passe forcément par une assistance de la part des rares « voyants »… Mais cette assistance devra-t-elle obligatoirement se faire sur le bon vouloir des non-atteints ? Plusieurs écoles se disputent. Du côté des voyants, ceux qui veulent aider leurs confrères aveugles et ceux qui jugent qu’il ne sera juste pas possible de le faire tant les non voyants vont devenir un poids pour la société. Du côté des aveugles, l’hésitation se fait plutôt entre la tendance au suicide très développé dès le lendemain (on trouvera cette décision quand même extrême, au moins pour une première journée) et ceux qui veulent se servir des voyants comme guide, poussant le vice jusqu’à les soumettre comme de vulgaires chiens.

La deuxième trame se tisse autour de ces mystérieuses plantes aux vertus certaines mais avec une capacité d’attaquer impressionante et surtout capables de se déplacer… Si leur controle était aisé en règle générale, une fois perdue pour les hommes la possibilité de maintenir les enclos notamment, rendra la situation périlleuse.

Au milieu de ces évènements, un homme, Bill Mansen, calé sur les plantes, et balloté d’une communauté à l’autre ne sachant pas trop quoi faire… Il tentera toutes les communautés,de gré ou de force d’ailleurs, et découvrira le grand amour. Il testera plusieurs systèmes de penser, devra revoir sa façon de voir le monde, car les normes d’hier ne sont plus les normes ayant cours.. La moralité a évolué, de même que la bienséance. Bref, c’est un titre qui nous montrera l’homme face à la nouveauté, l’homme face à sa fin même puisque forcément le nombre de voyants diminue sous la pression des non voyants.

Si l’expression l’Homme est un loup pour l’homme n’avait pas de sens pour vous, ce titre vous le démontrera une nouvelle fois. Bien sûr, ce n’est que de la SF mais avec un relent de réalisme un tant soit peu génant…

Belle découverte faite chez un liquidateur ;).

Je me mis à voir les choses sous un jour nouveau. Mon sentiment de délivrance était tempéré par la conscience de l’implacable qui flottait autour de nous.

Terre de Brume (Janvier 2005) – 245 pages – 18,00€ – 9782843622465

Couverture : Eric Scala

Traduction : Marcel Battin révisée par Sébastien Guillot

Titre Original : The Day of the Triffids (1951)

Il a suffi d’une nuit pour que l’humanité devienne aveugle.

Cette nuit fameuse où, dans un ciel zébré d’éclairs verdâtres, une mystérieuse comète est passée à côté de la Terre, ne laissant la vue qu’à quelques rares  » chanceux « . Le monde entier est aussitôt devenu la proie du chaos. Effrayés, tels des animaux enragés, les hommes se sont retournés les uns contre les autres, oubliant toute mesure. Parce qu’il se trouvait dans un hôpital, temporairement privé de l’usage de la vue lors du passage de la comète, Bill Mansen a été épargné par ce fléau.

Désespérément, il tente de préserver des bribes de civilisation sur cette Terre devenue folle. Mais le pire est à venir, ca bientôt apparaît une horde de plantes intelligentes capables de se déplacer ; des plantes qui commencent à détruire leurs pathétiques proies humaines… Les Triffides veulent envahir la Terre, exterminer l’humanité, et seul Bill Mansen est peut-être en mesure de les en empêcher.

Le jour des Triffides de John Wyndham, 9.0 out of 10 based on 2 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *