Le lendemain du monde de Xavier Coste et Olivier Cotte

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

Les Intelligences artificielles, lors de leur expansion dans tous les domaines, sont probablement la conséquence d’un retour de l’Humanité à un fonctionnement sans électricité.

James Graham Keran, un ancien soldat qui a refusé d’avoir un implant est envoyé pour trouver l’origine du phénomène.

L’Humanité a donc fait un bon technologique arrière impressionnant après avoir atteint des sommets grâce à l’Intelligence Artificielle qui s’est invité au plus profond de chaque humain… Cette fin de la civilisation technologique interroge et pose des questions par rapport à notre futur.

Notre homme va traverser les continents et découvrir comment notre monde et les hommes qui le composent ont répondu à la situation, et surtout essayer de percer ce que les machines sont en train de tenter de faire.

Dans ce monde violent, l’absence d’implant de James semble être un atout non négligeable pour tenter de rejoindre le centre du phénomène et voir à l’éradiquer…

L’aspect graphique peut déranger quelque peu, donnant l’impression pour les personnages qu’ils sont un peu flous, estompés (effet rendus aussi par les couleurs) mais qui permettent de mettre en avant l’ambiance de cette bande dessinée post-apo.

Casterman (7 juin 2017) – 152 pages – 22,50€ – 9782203094383
Scenario
: Olivier Cotte
Dessin : Xavier Coste

La civilisation se meurt.
Suite à l’expansion d’intelligences artificielles, tous les appareils électriques, jusqu’aux derniers implants cybernétiques, ont été infectés. La civilisation est retournée à l’âge de la vapeur.
Qui est responsable de cette apocalypse ?
Les recherches convergent vers un centre expérimental situé quelque part au fin fond de l’Afrique.
L’armée décide d’envoyer un vétéran de la vieille école.
Il s’appelle James Graham Keran et il ignore tout de ce qui l’attend en acceptant cette mission.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *