Le livre perdu des sortilèges par Deborah Harkness

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 9.7/10 (3 votes pris en compte)

Mina : 

Dès les premières pages, Deborah Harkness nous fait plonger dans un monde fantastique très surprenant. J’ai rapidement été happée par con écriture fine et précise. Elle nous offre un mélange de genres avec de nombreuses références aussi bien historiques, que scientifiques, littéraires ou mystiques. A noter que l’auteur prend le temps de détailler ses sources en fin de roman.

L’héroïne, qu’on prend vite plaisir à suivre, est Diana Bishop. Historienne, spécialisée dans l’histoire de l’alchimie, mais aussi et surtout descendante d’une des sorcières de Salem. Malheureusement, depuis toujours, elle s’efforce de mettre de côté sa vraie nature afin de vivre en tant qu’humaine. J’ai beaucoup apprécié son professionnalisme, son indépendance mais aussi sa sensibilité ; eh puis le mystère qui plane sur son passé ne la rend que plus intrigante.

Et il y avait aussi les vampires, race ancienne et belle, qui se repaissaient de sang et vous tenaient sous leur charme quand ils ne vous tuaient pas… 

Ses origines vont d’ailleurs vite la rattraper : face à un mystérieux manuscrit  alchimique, l’Ashmole 782, qui semble receler de puissants pouvoirs, les barrières vont tomber petit à petit ; à savoir qu’elle ne va pas pouvoir ignorer bien longtemps les créatures qui convoitent ce livre… et pas seulement. Une créature en particulier va se rapprocher de Diana, il s’appelle Mathew Clairmont, scientifique et vampire. Difficile de lui faire confiance et pourtant, la relation qui va s’installer entre eux, chamboulera tous les codes.

Le rythme du roman est très lent, les révélations sont très très progressives et Deborah Harkness prend surtout le temps d’ancrer ses personnages. Je diviserais ce roman en deux parties : une première où Diana s’ignore et se rapproche de Mathew avec prudence, tout en gardant à l’esprit l’Ashmole 782 ; eh puis une deuxième où les pouvoirs de Diana sont enfin révélés et où tous la convoitent. J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié la version des sorcières utilisée.

Pour conclure, « Le Livre Perdu des Sortilèges » est un roman extrêmement complet et complexe. Une enquête historique et ésotérique, dans un univers contemporain mais pas moins fantastique ; une jeu de piste, une histoire d’amour surréaliste… et une fin… une fin qu’on devrait interdire tellement elle est frustrante…. >< Bref, une mise en bouche pour une histoire qui promet d’être riche et savoureuse…

Quiconque a lu les bestsellers ou regardé la télévision sait que les vampires sont fascinants, mais rien ne vous prépare à ce qui vous attend en les voyant. Leurs traits sont si parfaits qu’on les dirait ciselés par un sculpteur prodige. Puis ils bougent ou parlent et votre esprit n’est même plus capable de percevoir ce que vous voyez. Chaque mouvement est gracieux, chaque parole musicale. Et leur regard est impérieux, ce qui leur permet précisément de capturer leurs proies. Un long regard, quelques mots, un frôlement : une fois pris dans le piège du vampire, vous n’avez aucune chance.

Laetitia : 

Le Dr Diana Bishop travaille à l’université et étudie l’alchimie, mais c’est aussi une sorcière qui a renoncé à son héritage magique suite à la mort tragique de ses parents lorsqu’elle était encore enfant, et qui pour elle est dû à leur utilisation quotidienne de leur magie.
En attendant la rentrée, elle profite du calme de la bibliothèque pour pouvoir faire ses recherches tranquillement jusqu’au jour ou elle tombe sur un livre ensorcelé, elle le sait, elle le sent au plus profond d’elle même … malgré sa conscience elle l’ouvre par curiosité et tout commence à ce moment là.
Elle vient de découvrir le livre des sortilèges, perdu depuis des siècles et qui est recherché par tout le monde magique.
Vampires, démons et sorciers vous tout faire dorénavant pour s’en emparer.
Malgré tout un vampire du nom de Matthew Clairmont va l’intriguer, il la suit, la protège, fouille chez elle etc … Est-ce un ami ou un ennemi ?
Diana va devoir affronter de nombreux dangers mais aussi des découvertes affreuses sur son passé, la trahison des siens (sorciers et sorcières) et tout ça en essayant de vivre une vie « normale » .

Le fond de l’histoire est bien trouvé, de nombreux personnages importants, des alliances dans le camp ennemi et dans celui de Diana, et de nombreux rebondissement. Un peu déçue du début qui est assez long, et de la fin qui est un peu trop rapide, mais ce n’est que mon avis, à vous de le lire

Le Livre de Poche (Juin 2012) – Orbit – 834 pages – 8.60€ – 9782253164258

Calmann-Lévy / Orbit (4 mai 2011) – 517 pages – 19€50 –  9782360510337
Traduction : Pascal Loubet
Couverture : Constance Clavel
Titre VO : A Discovery of Witches (2011)

Le livre perdu des sortilèges par Deborah Harkness, 9.7 out of 10 based on 3 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *