Le Mage de la Montagne d’Or d’Alexandre Lévine

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 3.0/10 (1 vote pris en compte)

Alors que Kanashka est la favorite du harem d’Yssourak, un mage, Wärsani,  se rend à la cour et exige que lui soit donné la jeune femme. Yssourak refuse comme de bien entendu mais le mage réussi à l’enlever et la ramène chez lui parmi d’autres femmes. Ses pouvoirs semblent immenses et ses intentions pas forcément claires.

Veut-il réellement le pouvoir comme sa fille le suggère au roi Yssourak ? Ou cette dernière travaille-t-elle pour lui ?

Le Mage de la Montagne d’Or est le deuxième roman que je lis d’Alexandre Lévine après Prêtresses du sexe. A ceux qui ont lu ma chronique sur ce premier titre, je vous rassure tout de suite, Le Mage de la Montagne d’Or n’est pas de l’Erotic Fantasy comme les Prêtresses du sexe même si certaines scènes néanmoins limiteront sa lecture à un public averti.  Si le style est très agréable à lire et que les pages s’enchaînent sans difficulté aucune, très rapidement, la question se pose de savoir : « Mais où va-t-on ? ».

On comprend assez vite que Wärsani veut s’approprier le pouvoir, et qu’il s’aide en cela de sa fille (quoiqu’on se demande si sa fille ne joue pas pour sa propre cause) mais cela n’avance pas, on comprend pas très bien la direction que prennent les personnages. C’est assez étrange de se retrouver à la fin du livre sans avoir eu l’impression que quoi que ce soit ne se soit passer et sans avoir pour autant trouver d’erreur ou de désintérêt dans le titre…

Comme vous le constatez, un avis plutôt mitigé…

Artalys (Janvier 2011) – 342 pages – 21.90 € – 9782953856903

Couverture : Elie Darco

Un étrange mage du nom de Wärsani se rend à la cour d’Yssourak, le souverain du vaste royaume du Tourpana, où, usant de ses pouvoirs magiques, il enlève la favorite du roi.
Quelques jours plus tard, une jeune fille à la sublime beauté se présente. Elle dit s’appeler Astarya et être la fille du mage. D’après elle, Wärsani a acquis l’immortalité, et tant de pouvoirs que les dieux eux-mêmes ne sauraient le vaincre. Il est devenu le Seigneur des Ténèbres. Astarya propose néanmoins de protéger Yssourak contre celui qu’elle assure être son père. L’offre est tentante, mais qui est vraiment Astarya ? Le roi s’apprête-t-il à introduire dans son palais une alliée ou bien une vipère au service de Wärsani ? Astarya ne le cache pas : c’est la vie du roi qui est en jeu.
Et insensiblement, les forces des Ténèbres commencent déjà à étendre leur emprise sur le royaume.

Le Mage de la Montagne d'Or d'Alexandre Lévine, 3.0 out of 10 based on 1 rating

2 commentaires sur “Le Mage de la Montagne d’Or d’Alexandre Lévine”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *