Le marin perdu dans la brume de Béatrice Bottet

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

Rose Aimée – Tome 2

Rose Aimée se languit de Martial, parti aux Etats-Unis pour tenir sa promesse de ramener le livre d’un homme qui l’a sauvé.  La situation n’est facile ni pour l’un ni pour l’autre et tout semble se liguer pour empêcher la réunion des deux amants.

Après La Belle qui porte malheur, Le Marin perdu dans la brume clôt un court cycle mettant en scène une histoire d’amour, avec une très légère teinte fantastique, dans une France et des Etats-Unis du XIXè siècle… L’occasion pour nous de découvrir cette époque, rude.

Le résultat est d’un point de vue historique intéressant car Béatrice a bien pris soin, tout en restant dans le domaine du raisonnable, n’oublions pas que le public ciblé est le jeune adulte, de ne pas tomber dans la miévrerie… Etre danseuse de cabaret au XIXè implique des sacrifices et donc des risques pour la personne.

L’histoire d’amour est le coeur même de l’histoire et la partie « Fantastique » n’est finalement de mon sens qu’anecdotique.

Un bon cycle à découvrir essentiellement à mon sens pour le contexte historique bien intégré à l’histoire

  Matagot – Nouvel Angle (Mai 2011) – 511 pages – 16.90 € – 9782354501556
Couverture :
Miguel Coimbra
Illustrations intérieures :
Rolland Barthélémy

Mai 1853, La Villette.
– Tu es triste ?
– Ça fait juste un an aujourd’hui, répondit Rose-Aimée d’une voix désespérée.
Une année si longue, un cauchemar d’attente et de déception. La soirée aux Trois anges était finie, elle aurait dû rentrer au couvent…
– Je ne peux pas croire qu’il m’ait oubliée. Il m’a juré qu’il reviendrait toujours.
Rose-Aimée serra convulsivement le médaillon qu’elle portait au cou, avec son petit bateau porteur d’un espoir ténu.

Janvier 1853, Cap Horn.
– Il y a une éclaircie, capitaine, il faut y aller… Vous allez perdre beaucoup d’argent si on attend…
– Allez-y, décida le capitaine. Donnez vos instructions, monsieur le bosco.
Martial Belleroche se mit à bramer des ordres avec ce qu’il lui restait de voix après s’être longuement époumoné dans son sifflet.
Il les fit foncer dans le coeur de la tempête. Le maelstrom les enveloppa, ils étaient aveuglés par la pluie et le brouillard, naviguaient à l’instinct dans les hurlements assourdissants d’un vent impitoyable.

Site Internet : http://www.rose-aimée.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *