Le pion blanc des présages de David Eddings et Leigh Eddings

La Belgariade 1

Garion, un jeune marmiton vit avec sa tante Polgara dans la ferme de Faldor. Garion vit bien tranquille à la ferme, quelque fois vient un conteur, qui leur raconte des contes de l’ancien temps. Un jour le vieux conteur, qui révèle s’appeler Belgarath et que Polgara est sa fille, vient les chercher pour leur dire que l’Orbe d’Aldur a été volé. Accompagné de Silk un espion Drasnien et de Durnik le forgeron, ils se rendent à la cour du roi de Cherek. Apres avoir assisté au conseil d’Alorie, ils s’engagent à la poursuite de l’Orbe. Rejoint de Barak, un baron Cheresque et de Hettar le fils du roi d’Alorie.
De là ils vont parcourir tout le Ponant à la recherche de l’Orbe

Avis de Belgarath:

Ecrit de manière simple, accessible et fluide à lire en toutes occasions.
Le style léger est plaisant parce qu’on comprend très bien les filiations entre les différents personnages.
Les dialogues sont savoureux, les personnages, un peu stéréotypés, sont tous aussi attachants les uns que les autres, avec un vécu. L’humour ne manque pas surtout grâce à Silk, personnage qui est des plus intéressants. Le pion blanc des présages est le début d’une longue et belle aventure (La Belgariade) qu’une fois commencée vous ne pourrez plus lâcher. Elle se déroule sur 5 tomes, qui peuvent au début faire peur mais on a vite fait de les lire. On regrette presque même d’avoir fini.

Avis de Christophe:
«Le pion blanc des présages » est le premier tome du cycle de la Belgariade, déjà devenu un classique de la Fantasy. Certains le comparent au seigneur des anneaux, je suis partagé face à cette idée. Il y a des points communs manifeste entre les 2 oeuvres, surtout au niveau de l’histoire. Eddings en bon fan de Tolkien ne s’en ait jamais caché. Cependant, la force du cycle ne se situe pas là mais plutôt sur les personnages, l’auteur étant passé maître dans l’art de les rendre attachant. Certains dialogues sont sublimes de drôlerie. Un reproche cependant, comme tout début d’épopée, «le pion blanc des présages » met longtemps à démarrer, ainsi il faut bien passer les 200 premières pages pour l’apprécier vraiment. Ensuite, ce n’est que du bonheur 🙂

Les dieux créèrent l’Homme, et chacun choisit son peuple. Mais Torak, le dieu jaloux, vola l’Orbe d’Aldur, le joyau vivant façonné par l’aine des dieux, et ce fut la guerre. Le félon châtie, dort toujours d’1 long sommeil hante par la vengeance à Cthol Mishrak, la cité de la Nuit.
Pourtant les livres des présages sont formels : Torak va se réveiller. Et justement l’Orbe disparaît pour la seconde fois. Que le maudit la trouve à son réveil et il établira son empire sur toutes choses

Pocket Science-fiction/Fantasy (Janvier 1990)348 pages 7.00 € ISBN : 2-266-03375-1
Traduction : Dominique Haas
Couverture : de W. Siudmak

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *