Le poison de la vengeance de Robin Hobb

L’Assassin Royal 4

Cohabiter en esprit dans le corps d’un loup a tendance à vous transformer en bête. C’est ce qui arrive à Fitz-Chevalerie, revenu d’entre les morts grâce au vif et à l’aide de ses fidèles amis, le loup Oeil de nuit, Burrich et Umbre.

Patiemment, Burrich va tenter de ramener Fitz vers l’humanité et de lui faire oublier ses réflexes de loup. Il y réussira, mais la rupture sera inévitable entre les anciens amis. Voici donc Fitz seul, avec son loup, lancé vers une nouvelle quête : tuer Royal, le nouveau roi et assouvir sa vengeance.

Sur les routes vers Gué-de-négoce, nouvelle capitale du royaume, Fitz va découvrir avec stupeur la nouvelle situation dans laquelle est plongé le pays, à cause des décisions politiques de Royal. Sa haine pour son oncle va en être renforcée.

Ca marche encore, on reste accroché à ce nouveau tome. L’histoire continue à avancer à grands pas et on voit Fitz évoluer dans son caractère et ses réactions.
Il se sépare de tous ses amis et part sur la route à l’aventure, ça change un peu des complots intérieurs et on le voit enfin se débrouiller seul (si on excepte Oeil de nuit). Même conclusion que pour les 3 premiers tomes, on se jette sur le suivant …


Au royaume de Castelcerf, le Mal a triomphé. Le Prince Royal s’est emparé du pouvoir au détriment de son frère aîné, l’héritier direct, le Prince Vérité. Celui-ci a disparu ? Est-il mort ? Est-il caché dans les montagnes ?
Menacée par les raides des pirates, de plus en plus dévastateurs, la Cour s’est installé à l’intérieur des terres. Pour le jeune Bâtard Fitz, ressuscité d’entre les morts, il faut réapprendre à vivre. Mais quelle voie choisir ? Celle de la civilisation que lui enseignent, chacun à sa manière, ses deux protecteurs, ou celle de la Nature vers laquelle le tire irrésistiblement son vieux complice, le loup Oeil-de-Nuit ?
Déchiré par un choix impossible, Fitz décide de tuer le prince Royal, intrigant et cruel, cause de tous ses maux. Mais, au palais où il parvient à s’introduire, un piège terrible, tendu par ses ennemis, l’attend. Et c’est à une intervention miraculeuse qu’il doit une nouvelle fois son salut et sa fuite dans la montagne, caché au milieu d’un, e caravane, où il échappe à la poursuite des spadassins.

J’ai lu n°6268 (Avril 2003)349 pages 7.50 € ISBN : 2-290-31845-0
Traduction : A. Mousnier-Lompré
Titre Original : Assassin’s quest (1997)

Couverture : de Sofiane Tilikete
0000

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *