Le Roi Fantôme

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

Séquence :Transitions n°3
Le Roi Fantôme

Le Fléau magique a atteint Faerûn. La magie devient incontrôlable. Au cours de ce cataclysme qui pourrait changer la face du monde, Drizzt Do’Urden devra reconsidérer toutes ses certitudes et, pis encore, livrer des combats qu’il pensait avoir déjà remportés. Et quand le fléau magique fond sur les restes brisés de l’Eclat de Cristal, un mal, plus ancien, plus sinistre et plus menaçant, surgit. Drizzt aura besoin de toute l’aide qu’il pourra trouver, notamment celle de Cadderly et des prêtres de l’Envol de l’Esprit, qui eux-mêmes subiront des épreuves pour lesquelles ils n’ont jamais été préparés.

Milady (Septembre 2010) – 21.50€ – 9782811204150
Auteur :
R.A. Salvatore
Couverture : Todd Lockwood
Traduction : Eric Betsch

Annoncée comme étant celle qui allait faire la transition entre l’époque pré-Fléau Magique et l’époque post-Fléau Magique, cette trilogie n’avait pour le moment pas du tout traité de cet évènement marquant de l’Histoire de Toril, mis à part dans le prologue du Roi Orque. C’est le cas de ce dernier tome, qui se déroule au tout début de la période du Fléau Magique, alors que personne n’arrive encore à comprendre ce qui arrive au monde.
R.A. Salvatore réunit ici tous ses personnages une dernière fois, mis à part quelques absents, mais certains font vraiment office de figuration. On suit Drizzt et les siens, qui tentent de rejoindre l’Envol de l’Esprit de Cadderly, tandis que ce dernier fait face à des attaques régulières de créatures cauchemardesques sorties de plans d’ombres. Si le début du roman, au cours duquel tous les personnages se réunissent, est alléchant, laissant espérer du bon pour la suite, on déchante vite à la lecture de la suite, qui n’est qu’un enchainement de combats répétitifs et grosbill. On espère sans cesse que l’intrigue va enfin démarrer, et non. Il faut attendre seulement la dernière partie du roman, soit à peine une centaine de page avant la fin, pour qu’enfin les choses changent un peu.
L’auteur a voulu trouver une fin originale, liée au Fléau Magique, pour certains de ses personnages, mais personnellement, ce qui arrive ici à Cattie-Brie m’a profondément ennuyé, d’autant plus que Salvatore ne cesse de nous répéter la même scène avec elle, sans qu’aucune fois on n’apprenne quoi que ce soit de plus que la fois précédente. L’intrigue tourne en rond, donc, traine et traine encore, pour arriver laborieusement à la fin. Même chose pour les enfants de Cadderly qui, ayant grandit, deviennent les héros de certains chapitres, sans que leur histoire n’ai vraiment d’intérêt.
L’ennemi du roman, dont on pensait enfin s’être débarassé il y a plusieurs romans de ça, refait donc surface, et semble ici invincible. Mais les choses tournent en rond autour de lui également, comme pour le reste.

Bref, Salvatore semble définitivement manquer d’inspiration et ne plus savoir quoi faire de ses personnages. Et le pire, c’est qu’alors qu’on aurait pu espérer que le bond dans le temps qui va suivre lui permettrait de démarrer quelque chose de nouveau autour de Drizzt, vu les nouveaux compagnons du personnage, on peut craindre que la suite soit finalement identique à ce qu’on connait maintenant depuis plusieurs romans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *