Le Sentiment du Fer de Jean-Philippe Jaworski

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 9.0/10 (2 votes pris en compte)

9782361831981FSLe sentiment du fer : Cuervo Moera a décidé de rentrer au palais Rapazzoni, investi d’une mission dont on ne sait pas grand chose si ce n’est qu’elle va être très compliqué à mener à bout. Mais le talent du personnage n’est plus à démontrer et son admiration pour Soledano. Avec un talent de conteur hors pair, que l’on retrouvera au travers de toutes les nouvelles, Jean-Philippe Jaworski va nous faire avancer progressivement dans l’aventure de Cuervo dont le courage ne sera plus à démontrer à l’issue de cette aventure. La fin d’ailleurs est particulièrement plaisante.

L’Elfe et les égorgeurs : Un elfe voyageur, Annoeth, arrive dans un village qui a été ravagé par une bande de mercenaire… Le sort qui lui sera réservé dans les prochaines heures ne laisse aucun doute mais le talent de narration de notre conteur pourrait lui permettre de gagner un peu de temps. Cette nouvelle, qui donne un sentiment d’urgence pour le lieu de l’événement, est bourré d’humour et l’auteur s’amuse dans les tirades à pousser loin les nerfs de ces mercenaires pour notre plus grand plaisir.

Profanation :  Sabaude Cufart, un chiffonier, se défend d’être un détrousseur de cadavres devant un tribunal au bord de le condamner. Avec beaucoup de mauvaise fois et un réel talent pour noyer le poisson, l’accusé va tenter de se dépétrer de cette inconfortable situation pour notre plus grand plaisir en laissant paraître néanmoins, comme la nouvelle précédente, des nouvelles inquiétantes sur la situation du monde…

Désolation : Radswin et un groupe de nains, accompagnés de gnomes pour porter les bagages, sont en route à pas forcés pour rejoindre leurs camarades piégés, en attente d’aides. Le temps étant compté, ils décident de couper à travers les montagnes, un lieu interdit car semblant abriter un dragon. Désolation va nous permettre d’en apprendre plus sur le monde et l’origine de certaines légendes, la montagne décrite faisant forcément pensé à la montagne dans laquelle la communauté de l’anneau perdra un temps Gandalf.

La troisième hypostase : Lusinga est une humaine qui a un talent bien particulier. Elle réside avec les elfes, bien que ne faisant pas partie de leurs peuples, et, alors que l’ombre qui s’approche entraîne le départ des elfes, elle décide de rester. Elle sent qu’un événement dramatique se profile, sentiment renforcé par les liens très étrois qu’elle a avec ses amis. La guerre est clairement présente sur les terres du bien et malgré son éloignement, il est à parier qu’elle y sera associée.

Je ne connaissais pas le Vieux Royaume et Jean-Philippe Jaworski avant de lire ce recueil de cinq nouvelles. Si le style m’a un peu bloqué dans les premières pages, je me rends compte que nous nous y habituons finalement assez vite. Nous découvrons donc le Vieux Royaume au travers d’histoires diverses et de personnages différents qui vont tous nous mettre sur le chemin d’une guerre en voie de préparation et une montée du mal face au bien. L’auteur a un indéniable talent de narration avec un égal talent pour les scènes d’action que pour les scènes plus sentimentales. Un bon moyen de découvrir cet auteur au travers de 5 nouvelles de qualité

Helios – 206 pages – 7,90€ – 9782361831981
Couverture : 
John Gilbert

J’ai quand même un ragot à vous servir, et du lourd ! Figurez-vous que ce n’est point avec moi que les elfes ont commmencé à grenouiller dans les affaires de l’Etat. Bien loin de là ! Il y a deux bons siècles, déjà, au moment de l’Emancipation de Ciudalia, ils nous ont joué un tour à leur façon. Et les marles en tâtent tellement pour la barabile que l’un d’entre eux, sans même pointer son joli minois dans notre belle cité, nous a tous jetés ans une sacrée flanche ! jugez-en par vous-même. 

Le Sentiment du Fer de Jean-Philippe Jaworski, 9.0 out of 10 based on 2 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *