Leh

Quand la grande ville, habituellement tranquille, se retrouve confrontée à un démon, ses habitants ne savent que faire…
Ce démon, Leh’Cim, a la particularité de s’attaquer à des hommes en investissant leurs esprits, les rendants par la même doté d’une force prodigieuse et les pousse à violer puis écarteler les femmes… Ils finissent par mourir en ne lâchant qu’un mot Leh’Cim.
Il semble bien que cet esprit malfaisant fait partie intégrante de la ville tant il peut contrôler cloches et pavés.
Nombre de scientifiques et autres religieux sont venus pour tenter d’exorciser ce mal ; rien n’y a fait… C’est au tour de Jacques du Chesnoy, habitué des affaires étranges de s’attaquer au mal accompagné d’Amo, un nippon.
Dès le début, nos deux hommes se rendront compte que cette fois ci, ce n’est pas une mystification. Et que vient faire Eline dans la tête de ce débris humain ?

Le récit de Didier Quesne démarre sur les chapeaux de roues, alors qu’il est plus coutumier en fantasy de nous présenter en long, en large et en travers les maux à l’origine de l’aventure : Jacques apparait dès les premières pages confronté au mal rendant fous les hommes du village qu’il rejoint.
Pourtant, le style – très français médiéval – rend la lecture laborieuse, en tout cas au début car on n’a vite fait de s’y habituer… Il est bon néanmoins de le préciser afin que vous ne vous détourniez pas d’une oeuvre intéressante…
Intéressante car elle n’est pas sans rappelé un “carton” cinématographique – à savoir Le Pacte des Loups – : un mal étrange (pour le pacte des loups -PdL : une bête) sévit dans une région française, un savant (PdL : biologiste) et un nippon (PdL : indien) considéré comme sauvage sont envoyés pour régler le problème. En dehors de cela, nous devons reconnaître que le texte de Didier est plus intéressant au niveau du déroulement car il ne renie pas le côté fantastique…

Le personnage de Leh’Cim lui même est particulier ; c’est un homme au physique difficile, qui a subi énormément de moquerie durant sa jeunesse et qui veut se venger tentant de trouver la réponse à ses maux de la déité tout en voulant conserver, de par son amour pour Eline, son humanité. Eline elle balance entre son amour pour Amo, amour de raison, et celui pour Leh’Cim, plus passionnel et lié au sentiment qu’elle peut le sauver… Eternelle dualité des personnages…
Une question demeure quant à la classification de l’oeuvre : Fantastique ou Fantasy ? Au vu de l’humanité du démon, j’aurais eu tendance à le classer en fantastique, alors que Nestiveqnen a fait le choix de le classer dans la collection fractale fantasy… Nous en saurons sûrement plus d’ici peu 😉

Quand la grande ville, habituellement tranquille, se retrouve confrontée à un démon, ses habitants ne savent que faire…
Ce démon, Leh’Cim, a la particularité de s’attaquer à des hommes en investissant leurs esprits, les rendants par la même doté d’une force prodigieuse et les pousse à violer puis écarteler les femmes… Ils finissent par mourir en ne lâchant qu’un mot Leh’Cim.
Il semble bien que cet esprit malfaisant fait partie intégrante de la ville tant il peut contrôler cloches et pavés.
Nombre de scientifiques et autres religieux sont venus pour tenter d’exorciser ce mal ; rien n’y a fait… C’est au tour de Jacques du Chesnoy, habitué des affaires étranges de s’attaquer au mal accompagné d’Amo, un nippon.
Dès le début, nos deux hommes se rendront compte que cette fois ci, ce n’est pas une mystification. Et que vient faire Eline dans la tête de ce débris humain ?

Lorsque les cloches de la ville se mettent à sonner d’elles-mêmes, les habitants de cette bourgade tranquille commencent à s’inquiéter. Et ils font bien, car le mal est déjà dans leur ville. Bientôt il prendra possession des femmes, pour les rendre folles de terreur et les laisser pantelantes. Puis il s’attaquera aux hommes, qui avant de mourir, ne parviendront à laisser échapper qu’un seul mot : Leh’Cim…
Envoyés pour enquêter sur les crimes qui gagnent la ville entière, Jacques et Amo seront confrontés à une horreur indicible, insoupçonnable…
Mais déjà le mal gagne du terrain et il rongera bientôt la capitale.

Nestiveqnen Fractales Fantasy (Juin 2004)220 pages 13.50 € ISBN : 2-910-89998-5 Couverture : Sandrine Gestin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *