L’Elixir d’oubli de Pierre Pevel

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

En chroniquant en 2010 la sortie poche des “Enchantements d’Ambremer” du même auteur, j’exprimais le regret que le même univers n’ait pas été plus exploité par l’auteur. Or, c’était chose faite et depuis 2004, date de la sortie au Pré aux Clercs de ce deuxième tome, qui ramène le héros dans son passé. Cet univers de fantasy est un univers relativement calme, sans créatures démoniaques ni guerre sanglantes entre magiciens du coté obscur et du coté lumineux. Les créatures classiques sont pourtant présentes, la structure “Monde normal/monde féérique” fréquemment rencontrée est également là, mais traitée avec classe oserais-je dire, en lien avec l’ambiance générale “belle époque”. Sur fond d’une guerre finissante entre dragons et fées, l’auteur propose une intrigue s’étalant sur près d’un siècle, avec de fréquents retours en arrière, dynamique et particulièrement plaisante à lire. Les apostrophes au lecteur sont un peu trop présentes à mon goût, procédé parfois utilisé un peu facilement (“pardonne moi lecteur de t’avoir induit en erreur dans le chapitre précédent…”) mais cela reste marginal dans le plaisir que j’ai retiré à cette lecture distrayante.

Le Pré-aux-Clercrs (3 juin 2004) – Fantasy – 381 pages – 16.00€ – 9782842282042

En 1909, enquêtant sur le meurtre d’un antiquaire apparemment sans histoire, le mage Louis Denizart Hippolyte Griffont découvre que ce dernier pourrait bien avoir été la victime d’un ambitieux sorcier, Giacomo Nero. Ses investigations le ramènent à l’époque de la Régence jeune mage et gentilhomme libertin, il s’apprêtait alors à combattre une puissante société secrète, l’Éridan, en compagnie d’une nouvelle venue appelée à devenir son amie de cœur et complice, la déjà très mystérieuse et fantasque baronne Isabel de Saint-Gil. Les intrigues de l’Éridan et les menées de Nero seraient-elles liées, malgré le temps passé ? Griffont et Isabel, en s’opposant aux plans du sorcier en 1909, parachèveront une affaire qu’ils croyaient résolue depuis un siècle. Mais ce faisant, ils pourraient bien lever le voile sur un secret d’État susceptible de déclencher une nouvelle guerre, sur Terre comme dans l’Outre-Monde…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *