L’Enfant des Prodiges de Christian de Montella

Graal Noir – 2

Alors que le jeune Ban de Bénoïc revient en urgence à Tintagel pour annoncer la mort du Duc de Gorlois, Dame Ygerne se rend compte qu’elle s’est fait dupée et que l’homme qui a partagé sa couche ne peut pas être son mari. Inquiète, elle comprendra vite qu’Uther est derrière les deux évènements et sa douleur sera d’autant plus renforcée qu’elle se retrouve enceinte et que sa fille Morgane la tient responsable de cette situation.

La tension qui règne entre la mère et la fille est la partie forte de ce deuxième volet du Graal Noir, rendant la jeune Morgane de plus en plus violente, agressive vis-à-vis d’Ygerne qui ne comprend pas vraiment pourquoi le destin s’acharne sur elle. Elle ne fait que suivre, brinquebalée par Merlin et ses amis, tentant de protéger un enfant dont elle ne veut pourtant pas avec un courage exemplaire.

Morgane, dont les pouvoirs ne font que croître, commence à inquiéter de son côté les autres fées tant elle semble destinée à agir pour le Démon. Cette état ravive la dominance masculine, car les fées ont tout tenté pour que ce soit une représentante du beau sexe qui accompagne la prophétie, mais il semble que le destin en avait décidé autrement depuis très longtemps et que la jeune Morgane n’espère qu’une chose, dominer le monde au nom d’une déesse qui se détourne de la jeune fille, l’abandonnant seule à ses démons.

Autre fils du Démon, Merlin doit une nouvelle fois l’affronter son père le Diable pour tenter de sauvegarder la prophétie, des duels qui sont de plus en pus difficles et dont il n’est jamais certain de sortir vivant et vainqueur. Sa nature diabolique réussira-t-elle à être dominé, on espère mais rien n’est moins sûr.

Avec un ton toujours aussi léger, Christian de Montella nous fait (re-) découvrir l’histoire de Brocéliande, un monde de magie et divinités.

Déjà de retour Dans le royaume des songes, mon fils ? Tu ne pourras pas toujours résister à l’appel de ta véritable nature.

Laisse-toi aller. Sois toi-même, Merlin.

– Être sois-même, voilà la pire des faiblesses. Je tiens à devenir un homme. Quelqu’un qui maîtrise ses instincts, sa sensiblerie, sa “nature” comme tu dis, Démon. Tu es un ennemi : et c’est le nom que les hommes donnent au Diable.

Flammarion (Octobre 2010) – 318 pages – 13.00 € – 9782081224858

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *