L’Epreuve de Kathleen Duey

Le Prix de la Magie 1

Allan : La mère de Sadima est morte en couche pour sa naissance, laissée morte par la magicienne qui était sensé aider à l’accouchement. Le père de Sadima se met donc à éprouver une haine viscérale pour tout ce qui représente la magie et il a de ce fait beaucoup de mal à croire sa fille qui semble pouvoir communiquer avec les animaux.

Hahp est envoyé par son père dans une école de magie, et ce qu’il voit en arrivant dans l’école n’est pas sans l’inquiéter puisque les deux magiciens annoncent clairement aux parents que leurs enfants pourraient rester à jamais à l’école. Privé de communication et placés dans une compétition dans laquelle seul l’un d’entre eux pourrait survivre, Hahp est de plus en plus inquiet. Il semble pourtant que cela soit le prix pour réussir à pratiquer la magie.

Nous retrouvons donc deux personnages centraux, auxquels s’ajoutent Franklin et Somiss, deux magiciens ou en tout cas deux personnages cherchant la magie. Et ça l’élément qui perturbe un peu dans ce récit : nous pressentons que les deux actions se déroulent à deux périodes très différentes (c’est d’ailleurs ce qu’annonce le quatrième de couverture) mais dans la lecture, ce n’est qu’une suspicion et cela rend la compréhension un peu difficile. La dureté de l’apprentissage de Hahp et de ces camarades va demeurer un paramètre qu’on ne comprendra toujours pas à la fin de ce volume si ce n’est que nous voyons que pour Somiss, l’apprentissage de la magie passe forcément par des sevrages importants.

Nous allons donc assister d’un côté à la lutte pour la survie du jeune Hahp pendant que de l’autre, Sadima va tenter de comprendre ce qu’elle est et comment faire pour maîtriser son don. Elle va devoir aussi essayer de comprendre quel est le but de Somiss ou tout au moins si son but est louable. Elle voudrait aussi tenter de comprendre le lien qui unit Franklin à Somiss.

Nous allons vous proposer de gagner ce titre durant le mois d’octobre – novembre :).

Mina :

Dans “L’Epreuve“, deux personnages évoluent en parallèle, Hahp puis Sadima, à deux époques différentes, chose qu’il faut deviner car rien n’est dit clairement, il est parfois même permis de douter sur l’ancienneté des personnages les uns par rapport aux autres… néanmoins, je reste certaine que Sadima volue à une période plus ancienne que Hahp.

L’écriture de Kathleen Duey est très agréable, les chapitres très courts donnent un bon rythme à la lecture et la narration par le seul point de vue des personnages permet une bonne immersion dans l’histoire.

J’ai malgré tout été perdue de temps en temps dans l’univers puisque les descriptions sont souvent minimes, ce qui peut ce pendant se comprendre du fait du choix de narration.

L’ambiance qui s’installe est très sombre, je ne m’attendais pas à ça, notamment la première scène de la naissance de Sadima qui me semble être d’une grande violence, du moins, elle m’a beaucoup touchée.

Nous sommes dans un monde inconnu où depuis longtemps la magie avait disparu, jusqu’à la naissance de Sadima, une jeune femme rejetée par son père, qui manque de confiance en elle mais qui possède un don. Suite à sa rencontre avec Franklin, jeune homme mystérieux, très intéressé par ses pouvoirs, elle décide envers et contre tous de se rendre en ville car Sadima reste une femme qui va au bout de ses convictions et très courageuse. Elle évolue ensuite auprès de Franklin mais aussi de Somiss, deux personnages très différents mais qui semblent tous deux peu dignes de confiance… même si Sadima s’obstine à se rapprocher du premier.

L’autre personnage, Hahp, évolue a priori plus tard, à une époque où une Académie de Magie a été construite et où son père décide de l’y envoyer, ne sachant que faire de ce deuxième fils. Hahp est discret et effacé, difficile de savoir pourquoi il préfère mourir plutôt qu’apprendre la magie… mais on comprend vite dès qu’on découvre les cruelles méthodes d’apprentissage de l’académie.

A première vue, ces personnages n’ont rien en commun et pourtant, au bout d’une dizaine de chapitres, le lien se fait et se tisse un peu plus tout au long du roman.

Il se passe peu de choses durant ce premier tome, il y a peu d’action, et pourtant, j’ai ressenti ce petit quelque chose qui fait qu’un livre devient très difficile à reposer. Si j’avais pu le lire d’une traite, je l’aurais fait… Alors d’où me vient cet engouement ? Premièrement, j’ai aimé le rythme du livre avec ses chapitres très courts et cette alternance entre deux personnages. Deux personnages auxquels je me suis beaucoup attachée : j’apprécie beaucoup le courage de Sadima et sa curiosité souvent dangereuse, j’ai beaucoup tremblé auprès de Hahp et j’ai apprécié le voir évoluer en magie très rapidement, et, surtout, je crois que j’ai adoré tous ces mystères qui s’installent et les personnages très sombres et ambigus que sont Somiss et Franklin.

Ce premier tome ne donne aucune réponse mais m’a donné une envie irrésistible de découvrir la suite ! (^-^)

Pour conclure, j’ai adoré ce premier tome du Prix de la Magie, j’ai aimé l’ambiance et les personnages et, cette introduction alléchante fait que j’ai vraiment hâte de découvrir le tome 2.

Dans un monde où la magie est une rareté, la maîtriser à un prix…

Hahp en fait le difficile apprentissage à l’Académie. Dans sa classe, rares sont les élèves à passer toutes les épreuves. Les autres ne seront plus de ce monde pour les féliciter.

Autrefois, la magie était interdite. Jusqu’à ce que la jolie Sadima la ressuscite, grâce à ses aptitudes exceptionnelles. Mais saura-t-elle en faire bon usage ? Ses deux acolytes sont-ils dignes de confiance où jouent-ils les apprentis sorciers ?

Et pourquoi, au no de la magie , des enfants sont-ils affamés et enfermés dans le noir

Castelmore (Octobre 2010) – 350 pages – 15.00€ – 9782362310027

Traduction : Nenad Savic

Titre Original : Skin Hunger (2007)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *