Les baisers de l’horreur de Maxence Valmont

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 7.5/10 (2 votes pris en compte)

Le commissaire Desmaret est appelé pour une étrange affaire. Nous sommes en 1936 et Georges Lanvin est retrouvé mort sur des berges en plein dans le Bruxelles en 1936. Le médecin légiste sera formel, l’homme est mort victime de piqûres de milliers de puces… ce qui rappellera à notre commissaire l’étrange bruit qu’il a entendu à proximité du corps. Mais peu importe, cela ressemble sérieusement à un problème sanitaire et donc l’affaire “criminelle” sera donc close très rapidement.

Malheureusement, un deuxième corps sera trouvé ayant subi les mêmes sévices que celui de Georges, remettant en cause la thèse accidentelle.

Dans ce roman qui oscille entre horreur et thriller, le commissaire Desmaret nous fera découvrir un Bruxelles que nous connaissons moins, un Bruxelles plutôt glauque que nous n’avons que peu l’occasion de voir dans les images que nous connaissons.

La période choisie pour l’histoire n’est pas non plus anodine : nous sommes en 1936 et nous percevons dans l’attitude des différents protagonistes sur la route d’un nazisme de plus en plus présent à cette époque.

Une bonne petite enquête policière donc, teintée de fantastique.

Editions Academia (Avril 2018) – 242 pages – 21.00€ – 9782806103888

Bruxelles, 15 janvier 1936. En différents lieux de la capitale, plusieurs personnes sont retrouvées mortes, le corps entièrement déformé par l’agression de centaines de milliers de puces. Le commissaire Desmaret, chef de la section criminelle de la police judiciaire, va rapidement se rendre compte qu’il ne s’agit pas d’un problème d’hygiène publique.

Conduite avec ses collaborateurs, l’enquête le mettra en présence d’une abomination telle, qu’elle bouleversera sa vie.

Les baisers de l'horreur de Maxence Valmont, 7.5 out of 10 based on 2 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *