Les Fauche-Mort de Nathalie Suteau

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 7.0/10 (1 vote pris en compte)

Julie est une jeune femme qui n’a pas une vie très passionnante. Ayant l’impression d’avoir un travail sans intérêt, elle profitera d’un séminaire en Angleterre pour croquer la vie à pleines dents avec le jeune Milo, italien pirate à ses heures perdues. Elle tentera de mettre un peu de piment dans sa vie après avoir trouvé une clé USB contenant une enquête sur une vedette anglaise.

Ce roman vampirique se démarque de ceux que nous trouvons ces derniers temps dans toutes nos librairies par une vision plus sombre, avec des personnages moins “sexy” et “conventionnel”. Nous n’apprendrons pas grand chose, pour ne pas dire absolument rien des origines, des buts et des luttes intestines entre créatures de la nuit puisque la seule que nous découvrirons est Stuart Selby. Alors bien sûr, le livre à le malheur de tomber à un moment où nous avalons du Vampire à haute dose, mais il faut bien reconnaître que ce roman 100% français à le mérite de son originalité. Passant de personnage fade et sans intérêt à une organisatrice machiavélique, Julie va nous faire découvrir à quelle vitesse il est possible de “sombrer”. Le reproche que j’adresserai est cette volonté d’expliquer certains termes informatiques sans que cela ne soit pourtant nécessaire. Cela a eu tendance à m’agacer un peu, ayant le sentiment d’être pris pour un inculte. Ce petit défaut est à ranger dans la catégorie “défaut de jeunesse” et en doit pas entacher un roman bien sympathique et sortant des sentiers vampiriques contemporains.

Edi-Livre (2007) – 386 pages – 21.00€ – 9782353351411

Julie s’ennuie dans son bureau. Plus que cela, encore : elle est lasse de tout, sans que rien ne puisse l’arracher à cet ennui existentiel avec lequel sa vie se confond. Jusqu’à ce voyage à Londres, sa rencontre avec Milo et la découverte de cette petite clé USB oubliée, qui renferme, telle une interface magique, le renversement complet de son quotidien. C’est ainsi que la petite employée payée à ne (presque) rien faire, bascule dans un monde diamétralement opposé, auprès de l’inquiétante vedette anglaise Stuart Selby. Son nouveau travail consiste alors à couvrir le vampirisme secret d’une star adulée du public… Notre avis : Les musiciens appellent cela «l’art du contrepoint» : ou comment donner la réciproque d’une phrase ou d’une séquence quelques octaves plus haut ou plus bas. Nathalie Suteau participe à sa manière de cet art, avec toute la subtilité réclamée par l’exercice. Car, non contente de jubiler avec son personnage de la brusque accélération du cours de sa vie, elle orchestre en arrière-fond une inquiétante partition. Toutes les vies happées par cette intrigue étrange reçoivent ainsi la contrepartie d’une existence débarrassée de l’ennui et de la banalité : le risque, l’angoisse, et la mort comme compagne privilégiée. Et c’est également sur ce mode du contrepoint que le récit vampirique déserte les châteaux des Carpates pour s’inviter dans un monde moderne et interactif. On n’oublie jamais ses vieux démons… Nicolas Chéron, membre du comité de lecture

Les Fauche-Mort de Nathalie Suteau, 7.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *