Les Flots sombres de Thibaud Latil-Nicolas

Suite directe de Chevauche-Brumes, Les flots sombres ont subi un décalage de parution du fait de la crise sanitaire… Ce qui est bien dommage tant cela aurait permis à bien des personnes de passer ce moment de façon bien plus agréable.

Souvenez-vous, dans Chevauche-Brumes, nous avons découvert un monde où d’étranges créatures avec une durée de vie limitée, sortait d’une brume qui était magique. Dans ce monde où une inquiétude forte règle sur une modification des énergies en présence, deux “écoles” s’affrontent entre les “mages” représentant les sciences et la religion.

De façon à percer le mystère, la neuvième compagnie accompagnée d’un renfort de troupes s’est rendu sur le lieu qui semble être le cœur de la brume. La conséquence a été la destruction d’une protection ancestrale contre des créatures d’autres mondes. La troupe décide donc de rester ensemble, sous le nom de Chevauche-Brumes, afin de combattre ces monstres jusqu’à la fin.

Cette arrivée massive liée à la disparition de la protection a pour conséquence directe de mettre sur les routes de la capitale des quantités importantes de réfugiés, et vont conduire à une aggravation des relations entre le régent et les religieux du culte d’Enoch.

En parallèle de cela, un monstre marin a détruit plusieurs navires, rendant difficile les relations entre le continent et les îles Jumelles.

Comme dans la première opus des aventures de Chevauche-Brumes, nous retrouvons une histoire riche en rebondissement, marquant encore plus la dimension politique et notamment ce contrôle fort des instances religieuses sur la gouvernance du royaume… Cette guerre larvée entre le régent et la religion va avoir un impact bien entendu sur les Chevauche-Brumes qui de leur côté vont continuer à apprendre à combattre ensemble, entre armée régulière, mercenaires et doryactes.

L’action va donc se situer tout au long du récit entre deux zones principales. En mer d’abord où la seule survivante d’une attaque de la créature, Ophélie, va devoir non seulement réussir à prouver la réalité de cette créature. Pour cela, elle va prendre le commandement d’un nouveau bateau, avec comme première difficulté une non-acceptation de son arrivée par l’équipage. Dire que sa précédente expérience et le côté improbable de l’attaque qu’elle a vécu la rendre peu crédible est un faible mot. C’est donc avec un équipage réticent qu’elle devra prendre la mer.

De l’autre côté, nous sommes plus sur les manigances politiques dans une capitale qui ne sait comment gérer un afflux de réfugiés importants. Le jeune Tobiane, sous régence, va être au centre des manoeuvres du culte d’Enoch pour reprendre la main sur le Royaume. Cela passera par des manigances liés à l’arrivée massive des créatures et au renfort que demandent les Chevauche-Brumes dans leur combat.

Le récit proposé par Thibaud sera pour beaucoup considéré comme classique… Néanmoins, sa structure et surtout la richesse de ces personnages, tout en nuance, font que nous sommes embarqués dès les premières pages et jusqu’à la dernière… Une dernière page d’ailleurs qui est le seul point “noir” du roman puisqu’il appelle une suite que nous sommes déjà impatient de pouvoir avoir entre les mains…

Mnemos (Mai 2020) – 347 pages – 21 € – 9782354087708
Couverture : Qistina Khalidah

Le Bleu-Royaume est en danger. Des hordes de créatures maléfiques, libérées d’un sortilège qui les retenait captives, ravagent ses campagnes et terrorisent les hameaux. Les soldats issus de la neuvième compagnie des légions du roy, les Chevauche-Brumes, se sont jurés de les combattre jusqu’à leur dernier souffle.

Les réfugiés arrivent par centaines dans la capitale et exacerbent les rivalités entre le régent et le culte d’Enoch. Dans les contrées méridionales, un monstre marin d’origine inconnue fait des ravages parmi les navires, mettant en péril le lien vital qui unit les îles Jumelles au continent. Les Chevauche-Brumes sauront-ils affronter tous ces dangers ?

Laisser un commentaire