Les machines fantômes d’Olivier Paquet

Pour l’instant, ils étaient entourés de machines fantômes, de spectres aux intentions obscures qui les hantaient en attendant la lumière du jour, ce matin où la menace aurait disparu.

Les Machines Fantômes prennent appui sur un thème qui fait couler beaucoup d’encre et fait osciller nos contemporains entre fascination et inquiétude : les Intelligences Artificielles.

De plus en plus présentes à notre époque, elles deviennent omniprésentes dans les récits d’Olivier et nous avons une première partie qui va nous présenter quatre personnages au travers d’un format que l’on pourrait qualifier de nouvelles. Et ces personnages sont clairement représentatif de notre société.

La première rencontre que nous faisons est celle d’Adrien, qui travaille pour une société de trading, Optired. Son activité consiste essentiellement à influencer les tendances boursières, par petites touches. Il représente pour moi toutes ces personnes qui se retrouvent à travailler un peu à contre-emploi.

Pour lui, ces gens appartenaient au passé, voués à être balayés par la mondialisation et les mutations du marché. Difficile de lui demander plus d’empathie

Car s’il travaille dans la bourse, on sent bien qu’il n’a pas le caractère d’un trader et c’est la raison pour laquelle il a été positionné sur un rôle plus en arrière-plan. D’ailleurs, c’est bien parce qu’il a voulu aider Hans qu’il sera la première “victime” du récit à l’arrivée d’un nouveau salarié !

Nous rencontrons ensuite une chanteuse populaire, Stella, sur le déclin, une chanteuse qui doit son succès à des mensonges, une tricherie sur ce qu’elle qui lui rend impossible d’avoir une vie “normale”. Sur le déclin donc, et essentiellement parce qu’une nouvelle génération se révèle, dont LéaH est la fer de lance. Contacté par son frère, elle va se révéler plus humaine que ce que son personnage public pourrait laisser penser et s’opposera à ce que Joachim voudra mettre en oeuvre pour la remettre sous les feux de la lumière.

Les avis alimentaient le récit des journalistes qui nourrissait les réactions sur les réseaux, qui eux-mêmes devenaient l’opinion publique au nom de laquelle les responsables politiques s’exprimaient. Et le cercle se refermait, se resserrait sans qu’aucun élément tangible ne vienne le rompre.

Lou quant à elle nous mènera sur le chemin de ses joueurs de MMORPG, et la référence à World of Warcraft est évidente. Lou passe une grande partie de sa vie dans ce monde essentiellement masculin et relativement macho, tout en jalousant d’une certaine façon la vie réelle de sa meilleure amie. Là encore, ce personnage a à voir avec ses intelligences artificielles bien sûr, et notamment celle du jeu Runecraft, et sera la cible d’un nouveau joueur au sein de la guilde.

Dernier personnage mis en avant, Kader est un ancien soldat, sniper au sein de l’armée française qui se retrouve coincé au sein d’une famille qui ne l’accepte plus, entre un grand-père qui le déteste et un frère qui dérape sérieusement vers le terrorisme. Ses souvenirs de guerre, et le racisme ambiant qu’il subit ne font qu’exacerber les cauchemars qu’il a…

Et entre tous ces personnages, un trait commun, une personne qui va déstabiliser leurs vies, Hans ou Joachim, quel que soit le nom qu’il se donne, va pousser Adrien, Aurore, Kader et Lou à révéler leur vraie personnalité et ce qu’ils sont au fond d’eux.

Et tout cela, avec un mode plutôt thriller que SF, si l’on souhaite vraiment marqué le livre d’un point de vue “genre”, nous amenant à nous poser la question de la motivation qui sous-tend toutes ses actions. Certains intermèdes du roman nous mettent sur la voie : les Intelligences Artificielles semblent vouloir évaluer les possibilités des actions sur les hommes, les petits riens qui vont pouvoir transformer une réussite en échec ou bien sûr l’inverse. Les I.A. qui sont actuellement à notre service retournent ce mode de pensée et mettent un certain nombre de femmes et d’hommes à son service pour une raison que nous ne maîtrisons pas totalement.

Le roman reste néanmoins beaucoup plus axé sur les choix… Les choix des personnages, leur volonté d’avoir une empreinte positive ou négative sur le monde et de re-axer leurs actions sur leurs motivations et valeurs. Les I.A. sont bien sûrs présentes et elles ont même tendance à se lier, à communiquer, en dehors de toute intervention humaine pour tenter de nous comprendre.

L’intérêt principal du roman d’Olivier Paquet est pour moi d’avoir vraiment mis en avant les personnages, d’en avoir fait le centre du récit en en profitant pour mettre en lumière tous les travers de notre société contemporaine. Bref, un vrai coup de cœur de mon côté.

Une dernière citation qui permet de nous faire réfléchir sur nos comportements de consommation 🙂

Les acheteurs s’y connaissent. Comme devant les étals de maraîcher, on se dirige vers ceux où les clients font la queue : cela doit indiquer quelque chose. On se méfie du vendeur tout seul, avec ses carottes biscornues et ses salades pleines de terre. Les livres, c’est pareil. On se fie aux autres, on espère que des vrais amateurs ont initié les files et on se laisse guider.

L’Atalante (Août 2019) – La Dentelle du Cygne – 464 pages – 23,90€ – 9791036000126
Couverture : Aurélien Police

Dans un monde où la société est devenue artificielle, les intelligences artificielles pourraient-elles faire société ?
Quatre personnages – un trader, une chanteuse pop, un ancien tireur d’élite, une joueuse de jeu vidéo multijoueurs : chacun croit jouer pleinement sa carte sur l’échiquier de la société sans percevoir qu’il est piégé dans des fictions confortables dont il n’est pas le seul acteur.
Plus un. Hans / Joachim dont ils croisent tous la route. Ce mystérieux jeune homme, tantôt séduisant, tantôt menaçant, est décidé à confier le destin de nos sociétés à des machines. Ce qui va contraindre nos personnages à coopérer, à se rencontrer pour empêcher l’irréversible.
Et des IA…

Surveillance globale et respect de la vie privée sont au cœur de ce roman qui se joue aussi de nous, car l’auteur est lui-même illusionniste hors pair.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *