Les Mille Orques

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

 
Les lames du chasseur – tome 1
Les Mille Orques 

Le roi des Orques, Obould des Flèches, et la reine des géants des glaces, Gerti Oresldottr, ont contracté une alliances malaisée visant à étendre leurs territoires respectifs, tandis que le roi Emerus Guerrecouronne cherche, de son côté, à établir des routes et des avant-postes commerciaux jusque dans les contrées les plus reculées de le Frontière Sauvage : des ambitions territoriales dont risquent fort de pâtir les nains…
Précisément, Bruenor doit succéder à son parent, le défunt roi Gandalug, à la tête du clan Marteaudeguerre, à CastelMitral. L’occasion rêvée pour nos héros, Drizzt Do’Urden et ses célèbres amis, de reprendre le chemin de la “belle aventure” ! D’autant plus que Bruenor a eut des révélations sur Gontelgrim, l’antique forteresse, du temps où les nains formaient un clan unique, les “Delzoun”. Avec l’aide de ses fidèles amis, il entend bien retrouver ce site historique, où l’attendent de fabuleux trésors ! Et prendre une aclatante revanche sur les orques au nom de tous les nains.

Milady (Février 2011) – 19.50€ – 9782811204730

Auteur : R.A. Salvatore
Illustrateur : Todd Lockwood
Traduction :

 

Quatrième : Décidément, l’épine dorsale du monde sera toujours le berceau de l’intrigue et de la Geste épique
Fleuve Noir : 2000 – 245 pages – ISBN : 2-265-08031-4 –
Traduction :Michèle Zacchayus
Couverture :Dennis Kauth

Le roi des orcs et la reine des glaces ont contracté une alliance visant à étendre leurs territoires respectifs, tandis que le roi Emerus Warcrown cherche, de son côté, à établir des routes et des avant-postes commerciaux jusque dans les contrées les plus reculées de la Frontière sauvage : des ambitions territoriales dont risquent fort de pâtir les nains…
Précisément, Bruenor doit succéder à son parent, le défunt roi Gandalug, à la tête du clan Battlehammer, à Mithral Hall. L’occasion rêvée pour nos héros, Drizzt Do’Urden et ses célèbres amis, de reprendre le chemin de la “belle aventure” ! d’autant plus que Bruenor a eu des révélations sur Gauntlgrym, l’antique forteresse, du temps où les nains formaient un clan unique, les “Delzoum”. Avec l’aide de ses fidèles amis, il entend bien retrouver ce site historique, où l’attendent de fabuleux trésors ! Et prendre une éclatante revanche sur les orcs au nom de tous les nains.

Séquence :des Chasseurs n°1
La séquence précédente étant terminée, Drizzt et ses compagnons vont pouvoir se lancer dans une nouvelle aventure. Adieu Crenshinibon et tous les démons qui hantent les compagnons du Hall ! Ce n’est pas une mauvaise chose car même si les dernières aventures de Drizzt étaient sympatiques, on sentait que l’auteur devait par moment remplir ses pages pour arriver au nombre voulu.
Cette-fois-ci, Drizzt et ses compagnons vont se retrouver confrontés à une armée d’orcs bien décidés à prendre le contrôle du nord de Féérune. Une première partie du roman met en place tous les éléments sur lesquels va reposer cette trilogie : l’armée orcs et ses objectifs, ainsi que l’histoire de Mirabar, la citadelle naine qui souffre de la concurence de Mithril Hall. Cependant, cette première partie est à mon gout un peu trop longue. Pendant toutes cette première partie, l’histoire ne se lance pas vraiment, traine, et j’ai longtemps craint que le roman soit presque mauvais.
Jusqu’à ce que débute la seconde partie avec l’assaut de la citadelle de Haut-Fond. L’auteur nous démontre alors tout son talent. Je disais pour “Aussi loin qu’une âme ait pu fuire” que R.A. Salvatore décrivait avec génie les duels tels que ceux de Drizzt, et je me rappelle encore que l’auteur avait quelques difficultés à décrire les combats importants comme ceux de “L’éclat de cristal” mais il nous démontre ici cette fois-ci qu’il est désormais capable de parfaitement décrire ce type d’assaut. En lisant cette seconde partie, on croirait voir se dérouler sous nos yeux les sublimes combats des films Le Seigneur des anneaux.
Dommage tout de même que cette première partie ait tant trainé. Sachez également que les lecteurs qui n’auraient pas lu les précédentes aventures de Drizzt auront à mon avis beaucoup de mal à saisir certains détails de l’aventure et des personnages. En effet, arrivé désormais au quinzième roman de la séquence, il est évident que les nouvelles aventures de Drizzt s’apprécient trois fois plus quand on a lu les précédents romans.
Autre défaut à mon avis : l’auteur ayant pris l’habitude de découper ses romans en différentes parties chacune précédée des pensées de Drizzt, le découpage semble ici ne pas avoir vraiment de raison, mis à part ces pensées qui finalement n’apportent rien de plus et tournent en rond. En effet, le roman est ici découpé par l’auteur en quatre partie alors qu’il n’y en a réellement que deux. Les trois premières auraient pu ne faire qu’une. R.A. Salvatore se sent-il obligé de faire ce découpage à chaque fois ?

Mais pour finir, les fans de Drizzt adoreront tout de même “Les mille orcs” qui est à mon avis encore meilleur que les précédentes aventures de Drizzt et auront envie d’hiberner un an une fois le livre terminé car on sent bien à la fin de celui-ci qu’on lit une trilogie et on aurait envie d’ouvrir immédiatement le roman suivant qui devrait, d’après les éléments qu’on a à la fin des mille orcs, apporter encore du changement dans la séquence. C’est d’ailleurs l’impression bizarre que donne ce livre : on a l’impression qu’il n’est qu’un prologue à la suite, que l’auteur a utilisé un livre entier pour expliquer comment le groupe se retrouve dans la situation du début du prochain roman.
Donc vivement l’an prochain qu’on lise enfin autre chose qu’un prologue !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *