Les Nefs de Pangée de Christian Chavassieux

nefs

Alors que les hommes reviennent de la grande chasse, le peuple Ghiom découvre l’ampleur des dégâts : non seulement la chasse est un échec et de nombreuses nefs et des chasseurs ont péri. Cette chasse, contre une créature de la mer, est un symbole important et l’échec apportera la guerre tant la paix est fragile. Il faut donc dès à présent préparer la 10ème chasse qui devra voir la mort du monstre pour espérer garantir la cohésion entre toutes les nations… Mais pour ça, il va falloir s’assurer que cette chasse ne puisse pas être un échec…

Ce récit ne m’a pas emballé autant que le laissait penser le quatrième sans pour autant être décevant. Nous découvrons le peuple de Ghiom au moment où les Nefs reviennent, les drapeaux en berne et nous comprenons très rapidement l’impact sociétal de cette défaite au travers des attitudes et inquiétudes affichées par les hommes restés à Terre.

Les raisons de cet échec sonnent rapidement comme une menace de guerre sur l’ensemble de cet état-continent tant elles ne semblent pas claires au travers des paroles du conteur. Tous connaissent le risque et se lancent donc tête baissée dans la prochaine chasse qui doit être un succès car étant la 10ème…

Si l’auteur décrit parfaitement les événements et son univers, qui est riche à n’en pas douter, j’ai trouvé que l’action mettait réellement du temps à se mettre en place, j’ai eu l’impression d’un faux rythme qui m’a un peu freiné mais qui n’enlève en rien la beauté de ce texte.

Je vous laisse un autre lien, d’un Papillon sur la Lune, où Gromovar, l’auteur de la chronique a été de son côté emballé.

Mnemos (Août 2015) – 490 pages – 23,00€ – 9782354083274

«Une flambée d’émotions, un récit d’aventures et de perdition, une véritable fantasy opéra» Pangée, terre immense au milieu d’un océan unique, continent de terre sèche et d’embruns où vit le peuple de Ghiom, dont l’histoire, en ce jour de la dixième chasse à l’Odalim, bascule. Les Grands de Pangée ont parlé : le monstre marin doit mourir. Pour la paix. Pour l’ordre. Pour la promesse d’une nouvelle ère faste à venir, dans ce monde rongé par les mésalliances et les guerres fratricides.
Pourtant, quand les Nefs s’engagent sur l’Océan, une seule question demeure : si la traque échoue, si l’Odalim survit, si l’union se brise, les enfants de Pangée se dévoreront-ils ? Cette dixième chasse ne serait-elle alors qu’un chant du cygne ? Récit de guerre, légende, chronique d’un peuple, Les Nefs de Pangée traversent les genres et emportent avec elles le goût des explorations, des combats et des drames à grande échelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *