L

Kibrilon, la station chargé de récolter l’énergie produite par l’énergie dégagée par le choc entre des cournats de température différentes vit ses dernières heures. A son bord ne restent plus que Bela Hicks, son directeur, les 7 ingénieurs chefs de service, le chef de la sécurité et sa fille l’infirmière. Après tout, le capitaine quitte le vaisseau en dernier, donc il doit en être de même dans l’espace. Mais Bela ne supporte pas ses collègues, ces hommes qui pnt construits , vécus et maintenant euthanasiés la station, tout en sacahnt pertinnement que rien ne les attend au retour. Lui, jeune homme encore au début de sa carrière, brillante probablement, ne peut partager leur morosité. Il préfère s’isoler dans sa cabine pour fumer une pipe, chose normalement interdite sauf si on est le directeur!!
Mais le tabac était drogué, et il s’endort pour un long sommeil sans rêves, dont il sort 3 jours plus tard, seul dans une sattion abandonné, sans espoir de retour. mais il n’ets pas eul, car quelqu’un a installé des caméras un peu partout, et lui a laissé de quoi survivre quelques mois encore. de plus, le centre de surveillance, d’où il pourrait lancer un appel radio, estd evenu le camp retranché de son geolier. Celui ci se fait appler Katz, un nom inconnu qui pourrait recouvrir n’importe quel membre de l’équipage.

Le 4eme de couverture donne déjà une bonne impression!! “d’embarquer à bord du dernier cargo à destination de la Terre “, or ce livre s’inscrit dans le cycle des mondes de la rosace, le premier grand cycle de l’auteur. On a vraiment l’impression que l’éditeur n’y connait rien et a publié un livre qui trainait sur le bureau!! Heureusement, laurent Genefort ne se moque pas des lecteurs lui, on peut compter sur lui pour nous faire passer un bon moment.
Sinon, nous restons dans ce cher univers que nous aimons tant, et le thème est pas mal. Quelques années avant la télé réalité, genefort nous propose sa version à la sauce sf!! enfermez un homme seul dans une station orbitale avec de quoi vivre un an et beaucoup d’espoir!! Surveillé par des dizaines de caméras, il devra trouver l’identité de son geolier, trouver un moyen d’évasion, et s’ennuyer le moins possible, ce qui n’est pas facile dans une statio vide.
Mais comme tous les héros de l’auteur, celui ci ne perd pas espoir, il se bat pour sa survie. Acculé au dos du mur, il aura un moment d’abandon, mais il retrouvera rapidement foi en lui même et en ses capacités à le sortir de sa situation problématique. Seulement doté de qualifications de gestionnaires, Bela saura se faire spationaute, mécanicien, artificier, aventurier.
De plus, il trouve un début de rédemtion avec l’amour, sa femme n’est pas son veritable amour, il s’en rend bien compte. Non, cet aventure lui révélera que l’amour se trouve aussi dans le malheur, dans la solidarité entre désespérés.

Se réveiller dans une station spatiale désaffectée, à la dérive, n’est pas une expérience très agréable. C’est pourtant ce qui arrive à Bela Hicks. On l’a drogué pour l’empêcher d’embarquer à bord du dernier cargo à destination de la Terre et le voici livré à lui même dans un losange d’acier d’un km de large, dont les sas de sortie ont été sabotés. Quelqu’un a pourtant pris soin de lui laisser un an de vivres et d’énergie, quelqu’un qui épie le moindre de ses gestes, quequ’un qui a décidé de jouer avec lui au chat et à la souris. Mais qui se cache derrière cette voix qui parle de vengeance? L’un des 7 ingénieurs qui partagaient sa vie austère de travailleur de l’espace? Ou bien Tasmine, la jeune infirmière?
Fleuve Noir Space (1996)190 pages ISBN : 2.265.05888.2 Fleuve Noir 1996

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *