L’Offrande secrète de Roland Vartogue

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

La Fortune de l’Orbiviate 1

Des émeraudes ont été découvertes dans les mines de Ropra, de quoi déclencher l’hystérie puisque la dernière découverte d’un gisement d’émeraudes remonte à plusieurs siècles. Aussitôt, Taléron et Fareng, les deux plus grands commerçants de l’Orbiviate sont sur le coup, chacun achetant une cargaison pour aller la revendre à l’Immuable, là où résident les meilleurs orfèvres. Mais Fareng a pris de l’avance sur son concurrent, aussi ce dernier n’a-t-il plus le choix, s’il ne veut pas se ridiculiser et perdre une fortune : il doit traverser les Terres Ephémères pour prendre Fareng de vitesse et vendre avant lui sa cargaison. Pour ce faire, il embauche un cartographe, Gilden, un de ces individus dotés du don de prévoir les changements des Terres Ephémères. Mais au danger physique se mêle l’interdit religieux, car ces Terres sont celles des dieux, y pénétrer relève du sacrilège.

Pourtant, et contre toute attente, il réussit à rallier l’Immuable avant Fareng, et réalise ainsi son plus beau coup commercial. Mais il n’est pas au bout de ses peines, car en chemin, il a vu la cité de Rokernec s’effondrer, après avoir été attaqué par une chimère. C’est la stupeur dans l’Orbiviate, car pour la première fois depuis trois mille ans, une zone stabilisée est redevenue éphémère, provoquant la mort de dizaines de milliers d’habitants et de pélerins. Or, en s’enfuyant de Rokernec, Taléron et ses acolytes ont croisé deux jeunes pélerines, Joris et Magla et Perval, un jeune artiste lui aussi en pélerinage. Ensemble, ils vont faire plus que fuir Rokernec, puisqu’ils vont aussi être chargés de repartir dans les Terres Ephémères, à la recherche d’une nouvelle zone stabilisée, une offrande secrète faite aux hommes par les dieux. Mais ils ne savaient pas encore l’étendue des pouvoirs de Joris, qui non seulement a reçu une éducation religieuse, mais a manifesté très tôt d’autres aptitudes qui font d’elle une élue des dieux…

Les habitués du forum des éditions Mille Saisons avaient déjà pu découvrir en avant première, par le biais du site de l’Orbiviate sur lequel étaient mis en ligne sept nouvelles indépendantes, le monde l’Orbiviate, avec la présentation notamment de quelques héros, de sa théologie, de son organisation ou encore de ses mythes. Une présentation alléchante qui laissait présager de bonnes choses quant à la qualité de ce premier tome de la Fortune de l’Orbiviate, nommé L’Offrande secrète.

Et en effet, force est de constater que originalité et nouveauté sont au rendez vous. Ici, point d’univers mille fois ressassés, de décors dit de «couleur locale», ou d’archétypes de la rfantasy. Toute la trame de l’Orbiviate repose sur un principe novateur, celui des Terres Ephémères, ces territoires non civilisé où la géographie peut changer n’importe quand. Vous contemplez une montagne le matin et vous couchez avec à l’horizon un désert. Rien de définitif, que du temporaire, et ce aussi bien pour la faune et la flore que pour le minéral. Seul défense contre l’entropie, la foi, qui permet de créer des zones stabilisées et des routes pour les relier, laissant aux hommes la possibilité de s’y installer et de créer des villes. Ca nous change un peu des super méchants, des conquérants et, de manière général, du classique antagonisme Bien/Mal. Ici, aucun méchant, puisque les Terres Ephémères sont une punition infligée aux hommes pour leur impiété. Au fond, si la destruction de Rokernec peut être vue comme l’élément déclencheur de l’histoire, ce n’est qu’en apparence, puisque ce n’est en réalité qu’un des multiples rebondissements d’une histoire autrement plus vaste commencée il y a environ trois mille ans. Dans un sens, L’Offrande secrète démarre in médias res, en plein dans une histoire qui elle-même va se subdiviser en d’innombrables micro-histoires, basées sur les interactions entre les personnages, leurs objectifs, leurs passés.

De tout ce foisonnement se dégage une impression de richesse, et effectivement, ce livre l’est. Pas avare en description, en rebondissements, en révélations et découvertes de toutes sortes, il sait tout autant tenir le lecteur en haleine que le faire s’émerveiller des mille et unes particularité de ce monde d’essence fondamentale magique, où l’incroyable cotoye l’improbable. Pourtant, cette richesse est parfois aussi synonyme d’éparpillement, de confusion. On peut ainsi avoir du mal à reconnaître les protagonistes, tant ceux-ci sont nombreux à avoir une importance dans l’histoire, et ce d’autant que l’auteur n’hésite pas à utiliser alternativement leur nom ou leur prénom, de quoi s’égarer, comme si le dédale que sont les Terres Ephémères se reflétaient sur l’histoire elle-même. Par ailleurs, on peut trouver à la fin de l’ouvrage un lexique, fort utile certes pour permettre les éclaircissements trop souvent nécessaires, mais qui échoue à dissiper totalement les incertitudes et impressions que quelque chose ne va pas, comme s’il manquait une chose dont on est incapable de deviner la nature.

Mais au fond, tout ceci n’est que pure pinaillerie. Car si L’Offrande secrète pose beaucoup de questions sur la nature et la finalité de l’Orbiviate, il n’est pas de ces livres qui, inaugurant un cycle un tant soit peu ambitieux et complexe, laisse le lecteur sur sa faim en finissant avec un incroyable cliffhanger. Non, des réponses sont d’ores et déjà apportées, et le lecteur commencera à se faire une idée précise de l’univers dans lequel il a posé les yeux. Riche et complexe, je l’ai déjà dit, mais aussi conçu de sorte qu’il puisse durer, aller au-delà de ce seul volume. Et c’est en celà que ce premier tome est réussi, puisqu’il est capable d’être à la fois l’introduction de l’histoire, sans pour autant être un banal exposé décrivant le monde ou un prologue aux aventures de notre trio de jeunes héros. Il est à lui seul une aventure, ouvrant la voie à d’autres aventures qui, si elles seront plus ou moins en rapport avec la quête de cette mystérieuse nouvelle zone stabilisée, se permettront aussi le luxe d’innover, d”oublier certains personnages, bref, de tout faire pour éviter de sombrer dans la monotonie sans pour autant chercher systématiquement à se démarquer par des artifices narratifs.

Bref, si «La Fortune de l’Orbiviate» est prévu pour devenir au mieux une heptalogie, alors on peut que se réjouir de la grande qualité de ce premier tome. Certes, il n’est pas toujours évident à suivre dans ses ramifications, et entrer dans cette histoire est parfois un peu ardu, mais cela en vaut le coup, tant sont grandes les promesses que nous offrent les développements possibles de cette idée inédite de Terres Ephémères. Du sang neuf, sans clichés ou archétypes, voila qui manque singulièrement ces derniers temps et offre un repos appréciable au lecteur. Rarement un livre a aussi bien porté son nom, puisque c’est véritablement une offrande que nous fait là l’auteur, celle de l’espoir en une fantasy originale et iconoclaste. Vite, la suite.

Pour la première fois depuis trois mille ans, une poignée d’humains ose s’aventurer sur le domaine des dieux

Edition des Mille Saisons (2008)510 pages 9.99 € ISBN : 9782952564656 (2008)
Couverture : Bruno Laurent

Les dieux n’ont pas achevé leur ouvrage : le monde n’est qu’une éternelle ébauche où aucun paysage ne demeure plus de quelques instants avant d’être balayé par un autre. Les montagnes succèdent aux mers, les forêts aux déserts, dans une furie destructrice. Pour les créatures qui hantent le chaos, la mort est la seule issue possible. Les Terres Éphémères s’étendent partout.

Mais les hommes ont échappé à ce mal. Ayant prié pour leur salut, ils ont reçu en récompense des fiefs sur lesquels bâtir des temples et des cités. Puis, par de grands pèlerinages, ils ont relié leurs villes entre elles. Ainsi fut fondé l’Orbiviate, terre de stabilité au cŒur de la tourmente.

Le pacte est clair entre les dieux et les hommes, rien ne devait changer. Pourtant, même un accord divin peut être rompu. Voilà qu’au cours d’un pèlerinage, une ville est anéantie, sans raison apparente. Les prêtres envoient alors sept expéditions à la recherche d’un mythe : une montagne immuable, quelque part sur les Terres Éphémères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *