L

Devon n’a que14 ans quand son père meurt, en lui révélant qu’il n’est en réalité que son père adoptif. Il est alors confié à une dénommée Mme Crandall, qui vit à Ravenscliff dans le village de Cap-au-Vent, Rhode Island. Lorsqu’il arrive à la gare routière, personne ne l’attend. Il est raccompagnée par un autre voyageur, qui s’appelle Rolfe Montaigne. Il lui apprend que le manoir où il va habiter est hanté par de nombreux esprits et fantômes, qui lui assurent une mauvaise réputation. Pour ne rien gâcher, ses propriétaires, la famille Muir, possède les trois quarts de la ville puisqu’ils en sont les fondateurs. Et ils cachent aussi de lourds secrets, avec des suicides étranges, des disparitions inexpliquées, des bruits inquiétants venant de l’aile est du manoir. Ses différents interlocuteurs ne font que renforcer son malaise. Seule point positif, à Ravenscliff vit Cécile, une fille de son âge, il ne sera donc pas seul là-bas. Mais ce qui le tourmente le plus, c’est de savoir s’il pourra savoir qui il est, pourquoi il est poursuivi par des démons, et que signifient ces étranges pouvoirs qui le rendent différent. Autant de questions qui trouveront leur réponse au manoir, s’il parvient à y survivre.


Sans surprise, ce livre, qui est le premier tome de la trilogie de l’ordre des sorciers, surfe sur la mode magique de ces dernières années. Et s’il est probablement satisfaisant pour des enfants, il est plutôt mal écrit une fois qu’on est plus âgé. Certes l’histoire n’est pas inintéressante, mais on retombe dans le classique mélange entre de la magie, un héros élu, une belle fille à sauver, une maison étrange, des secrets de famille et un méchant sorcier qui veut asservir le monde. Rien de bien original, même si le héros doit là découvrir ses origines pour mieux comprendre ses pouvoirs et les maîtriser. Ce qui n’apporte pas grand chose à l’histoire.
Le plus grand défaut est l’apparence non finie du texte. En effet, il y a beaucoup d’incohérences chronologiques, des réactions mal faites. ( du genre le héros qui dit une information capitale sans que les interlocuteurs ne s’interrogent). On a l’impression que ses amis savent tout, qu’ils ne butent jamais sur certains termes ( Rolfe parle de la nuit de Walpurgis, un terme indubitablement inconnu au public auquel s’adresse ce texte) et qui acceptent les pires situations naturellement, sans trop s’émouvoir ou s’effrayer. Le texte manque globalement de précision.
Sinon, même les rebondissements sont un peu gros, mal ficelés. Une des scènes finales où le héros affronte le méchant est résolue en quelques secondes, normal après tout, on lui a repété qu’il est le plus puissant, alors en claquant des doigts, même au bord de la mort, il peut vaincre les pires menaces. Et quand ce n’est pas ça, c’est un deus ex machina qui apparait dans une grande explosion de fumée pour repartir une fois l’équilibre restauré. Ca marche peut être chez des adolescents, mais ça reste néanmoins maladroit.
Pour le public auquel il s’adresse, Ravenscliff n’est pas mauvais, mais il n’a rien d’extraordinaire. Il ne restera pas dans les annales du moins. Honnête, mal fini, mais pas non plus dépourvu d’intérêt. Son principal avantage réside dans sa taille, guère plus de 300 pages avec une mise en page généreuse, on en aura donc vite fait le tour à notre plus grand soulagement.


Devon n’a que14 ans quand son père meurt, en lui révélant qu’il n’est en réalité que son père adoptif. Il est alors confié à une dénommée Mme Crandall, qui vit à Ravenscliff dans le village de Cap-au-Vent, Rhode Island. Lorsqu’il arrive à la gare routière, personne ne l’attend. Il est raccompagnée par un autre voyageur, qui s’appelle Rolfe Montaigne. Il lui apprend que le manoir où il va habiter est hanté par de nombreux esprits et fantômes, qui lui assurent une mauvaise réputation. Pour ne rien gâcher, ses propriétaires, la famille Muir, possède les trois quarts de la ville puisqu’ils en sont les fondateurs. Et ils cachent aussi de lourds secrets, avec des suicides étranges, des disparitions inexpliquées, des bruits inquiétants venant de l’aile est du manoir. Ses différents interlocuteurs ne font que renforcer son malaise. Seule point positif, à Ravenscliff vit Cécile, une fille de son âge, il ne sera donc pas seul là-bas. Mais ce qui le tourmente le plus, c’est de savoir s’il pourra savoir qui il est, pourquoi il est poursuivi par des démons, et que signifient ces étranges pouvoirs qui le rendent différent. Autant de questions qui trouveront leur réponse au manoir, s’il parvient à y survivre.


” Tu es plus fort qu’eux ! ” L’héritage de Devon March tient dans cette unique phrase, la dernière prononcée par son père avant de mourir. À 14 ans, c’est tout ce qui lui reste pour affronter les créatures et démons qui le poursuivent depuis son enfance. Qui sont-ils ? Pourquoi s’attaquent-ils à lui ? Devon l’ignore. Mais il sait une chose : les réponses sont à Ravenscliff, le manoir où il doit vivre désormais. Ravenscliff, dont les murs sombres abritent des secrets terrifiants…

Milan (2005)315 pages 13.00 € ISBN : 978-2745916549
Traduction : Amélie Sarn
Titre Original : The Ravenscliff (2002)

Couverture : Thomas Ehretsmann
Milan 2005

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *