Lune n’est pas pour nous (la) de Johan Heliot

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 7.0/10 (1 vote pris en compte)

Le document que ramène le voyageur à bord du Georges Philippar est d’une importance capitale… à tel point que le somptueux navire volant est pris d’assaut et le voyageur ne devra sa survie qu’à un saut et à un peu de nage… les précieux documents restant avec lui !

Léo Malet et son meilleur ami, Kiki, profite d’un défilé d’anciens combattants tous plus métallisés les uns que les autres, pour commettre un petit cambriolage qui ne devrait pas poser beaucoup de problèmes et rapporter beaucoup… En tout cas, c’est ce qu’on leur avait dit car au final tout tourne au cauchemar : le butin se révèle être une liasse de papier et en plus, un insectoïde a été laissé dans le coffre pour le défendre !! Kiki y passera et Léo ne devra sa vie qu’à sa connaissance du quartier bien qu’il ait été obligé de tuer un des vétéran…
Rien ne va quoi…

L’appartement que les deux amis ont “visité” est celui d’une personne importante du régime et les informations qu’il détenait tienne du secret d’état lequel état devient vite revanchard et cherche absolument à trouver cet espion des sélénites (bien que Léo ne le soit pas).

Bref, alors que l’europe fasciste se prépare à attaquer les sélénites, Léo va se retrouver au coeur de l’action et ce, bien malgré lui !

Je tiens d’abord à préciser que je n’ai pas lu La lune seule le sait et que cela ne m’a absolument pas gêner dans la lecture de ce deuxième opus…
De toute façon, nous avons fait un saut dans le temps qui nous conduit au beau milieu d’une Europe envahie par tous les extrêmismes tournant toute sa haine contre les Sélénites et non les juifs (on notera quand même que antisélénite et antisémite sont des termes relativement proche) … Le sentiment anti-sélénites est tellement puissant que tout le monde les exècrent et y voit la cause de tous les maux : problèmes de pauvreté, d’alimentation…
Ce qui est le plus intéressant dans ce deuxième volet et l’inéluctabilité (ça se dit ?) du nazisme… On entend souvent dire qu’à notre époque, développés comme nous le sommes, on ne reverrait pas ce genre de choses dans les pays occidentaux… Et pourtant… L’Europe de Johan est technologiquement très développée ce qui ne l’a pas empêchée de se tourner vers l’extrême… et de vouloir encore et toujours se débarrasser de ceux qui sont différents.
Mais foin de tout cela, ce livre est aussi un vrai régal dans la façon de le raconter : les personnages qui vont mener clandestinement la recherche sur la méthode que veulent utiliser les nazis ne sont autres qu’un célèbre journaliste des années 20-30 (Albert Londres) et le père de Nestor Burma (Léo Malet) mais nous croisons aussi d’autres personnages historiques… Déjà, ceux entourant le Führer (Himmler, Goering…), ensuite des personnalités scientifiques (Einstein…) sans compter des stars de cinéma…
Bref, ce roman est une uchronie de toute beauté et Johan Heliot a un style bien à lui qui rend la lecture passionnante et prenante…Il n’y a qu’une chose à ajouter : courrez vite chez votre libraire au risque dans le cas contraire de passer à côté d’une excellente oeuvre de SF française (Cocorico) !!

Mnemos (Avril 2011) – 608 pages – 25€ – 9782354081140

Approchez ! Approchez ! Mesdames et Messieurs !Venez découvrir la merveilleuse mécanique de Johan Heliot !Une relecture étourdissante de l’histoire !Tremblez ! Riez ! Pleurez !De l’Aventure, du Frisson, de l’Amour, de l’Etrange…Le roman révolutionnaire qui inventa le Steampunk à la française !Une trilogie exceptionnelle avec les plus grandes figures de l’Histoire et de la Littérature !

Mnemos Icares (Mars 2004)311 pages 18.00 € ISBN : 2-915-15915-7

Couverture : Manchu

1933 – Un demi-siècle s’est écoulé depuis l’arrivée des Ishkiss.
Sur la Lune, une nation libertaire s’est développée grâce à la technologie des extraterrestres.
Sur Terre, l’Europe a été dévastée par la Guerre totale. En France, les ligues fascistes ont pris le pouvoir et ont mis en place une sévère propagande antisélénite. Les monuments nationaux ont été transférés à Berlin sur ordre du Führer.
Au coeur d’un Paris méconnaissable, le jeune Léo Malet est pris en flagrant délit de cambriolage dans les appartements d’une vieille gloire du régime… C’est le début d’une aventure extraordinaire qui fera de lui l’instrument principal des Ishkiss dans la guerre qui les oppose au Reich.

Lune n’est pas pour nous (la) de Johan Heliot, 7.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *