Maison d’équité (La) de Elisabeth Vonarburg

Reine de Mémoire 5

Le sang du Dragon ne peut se retourner contre lui-même, car sinon le monde finirait pour de bon : seul l’enfant plusieurs fois né de plusieurs pères pourra juger le Dragon Fou et ramener le Dragon de Feu. Ce dragon fou sera jugé, mais d’abord, pour que la maison d’équité s’installe, il faut que la maison de vengeance face son Œuvre. Quelle colère cache Agnès et en quoi cela affecte Jiliane ? Chacun de leur côté les jeunes Garance réuniront les pièces du funeste puzzle qui enferme les enfants du phénix dans la maison d’oubli : Pierrino en Émorie, Senso sur les routes avec sa troupe de théâtre et Jiliane avec la carte de laquelle surgie à tout moment la méchante Agnès. Chacun découvrira à sa façon une partie du secret qui hante la vieille maison d’Aurepas. Mais ceci ne se fera pas sans heurt. Pour que la maison d’équité advienne, ils devront trouver la force de pardonner.

J’ai trouvé l’intrigue prévisible à partir du troisième tome. Les liens entre les personnages étaient assez évidents pour les lecteurs attentifs. Jusqu’au dénouement, qui je dois avouer m’a surprise, un coup de théâtre. Et qu’elle théâtralité !

Le sang du Dragon ne peut se retourner contre lui-même, car sinon le monde finirait pour de bon : seul l’enfant plusieurs fois né de plusieurs pères pourra juger le Dragon Fou et ramener le Dragon de Feu.
Pendant que, dans les visions dont la Carte lui impose toujours l’épreuve, Jiliane continue de regarder Gilles Garance et Ouraïn marcher vers leur destin à travers les années, Pierrino, qui a «dansé » avec les Nathésin à Garang Xhevât, entreprend le voyage de retour vers la France en compagnie d’Haizelé. Au même moment, Senso, avec Alexis, Larché et la troupe de théâtre de la Compagnie des Deux-Rives, suit la trace de son père Henri comme de sa mère Agnès et se dirige inexorablement vers Aurepas et la vieille maison de Grand-mère.
Lorsqu’ils seront tous réunis de nouveau, au creuset de la vérité, quelle fatale alchimie naîtra des fragments du passé détenus par chacun ? Quelle vengeance… ou quelle justice jaillira de la chambre à la fenêtre-de-trop, la terrible chambre rouge ?

A Lire 9.99 €

2 commentaires sur “Maison d’équité (La) de Elisabeth Vonarburg”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *