Masquarade de Terry Pratchett

Les Annales du Disque-Monde 18

Ce coup-ci, c’est à l’Opéra que s’en prend Terry Pratchett. Et ses deux tortionnaires sont nos bien aimées Mémé Ciredutemps et Nounou Ogg. Elles partiront à l’assaut de ce monument de la culture sur l’instigation de Nounou Ogg, à la recherche d’une troisième sorcière, pour les accompagner dans leur longue vie. Et c’est Agnès, alias Perdita X, pour la scène qui est destinée, par la volonté de Nounou Ogg, à occuper cette place. Mais cette jeune femme n’en entend pas par cette oreille. Elle, ce qu’elle veut, c’est chanter. Il est vrai que lorsque l’on peut produire plusieurs notes en même temps, avec une exactitude exceptionnelle, que sa tessiture s’étend du plus profond borborygme d’un troll au son que nul ne peut plus entendre à part le cristal, il serait dommage de gâcher ce don. Mais nos deux sorcières savent, elles, que c’est une sorcière. Une vraie. Et que nul n’échappe à son destin, enfin pas à Mémé et à Nounou. Mémé va même en profiter pour jouer avec la Mort. Une trace d’humanité chez la plus grande sorcière du Disque-monde.

DILVICH:
La satire va frapper, chez les artistes, chez les gestionnaires, mais aussi chez les éditeurs, un petit coup de patte au passage.

ETIENNE:
Après le cinéma ou le rock, un nouveau tome “mono-thématique”, centré sur l’opéra. Des personnages très riches et parfois sous utilisés (le ténor par ex, ou agnès, peu mise en valeur même si elle est très présente), une intrigue ténue mais sublimée par les 2 sorcières les plus célèbres du disque monde. Un régal.

L’Atalante (2001)378 pages ISBN : 2-841172-188-
Traduction : Patrick Couton
Titre Original : Maskerade (1995)

Couverture : de Josh Kirby

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *