Mastication de Jean Luc Bizien

Club Van Helsing 3

Vuk est un des meilleurs chasseurs de Van Helsing. Ancien soldat serbe, il a fait la légion étrangère avant de revenir s’installer à Paris, où, fort de son expérience, il combat avec acharnement et férocité les créatures maléfiques qui envahissent la capitale. Et autant dire qu’il le fait bien, exception faite des nombreux dégâts collatéraux que ses interventions provoquent. Ce soir, c’est jour de chance, en plein métro parisien, il tombe sur une rame occupée par des vampires. Quatre montent la garde dans des wagons adjacents, tandis que quatre autres se sont payés un petit festin pas piqué des hannetons dans un troisième wagon, duquel personne ne ressortira vivant. Sauf Vuk, qui se débarrasse rapidement des monstres, et laisse leurs complices détaler. C’est alors que, pendant qu’il déambule du côté de Montmartre, il est pris de douleurs violentes au niveau de l’estomac, comme si on lui dévorait les intestins. Depuis deux semaines, il doit endurer ce calvaire, il n’en dort plus tant la douleur est insupportable. Lorsque la douleur se calme, il se rend compte qu’il s’est évanoui durant deux heures, que des vampires auraient pu mettre à profit pour se venger du massacre qu’il avait fait parmi leurs rangs en début de soirée. Heureusement pour lui, il n’en est rien. Et c’est en entreprenant de se remettre en route qu’il découvre une scène d’horreur dans une impasse. Deux hommes et une femme vêtus à la mode goth, adeptes du mouvement vampyre, c’est à dire de ceux qui imitent les vampires sans en être vraiment, sont étalés par terre, les intestins répandus tout autour d’eux. Rapidement, il trouve des preuves indiquant que le meurtrier est un lycanthrope.

Quelques heures plus tard, à l’heure où blanchit la campagne, Vuk est acculé dans une impasse près du Sacré-Coeur. Des individus mystérieux ont touché toutes les autres issues, le forçant à s’y réfugier. Après une vaine tentative de résistance, il est maîtrisé aussi facilement que s’il avait été un gosse désobéissant. Quand il se réveille, il est face à un dénommé Takakura, qui se présente comme le chef de la Lycaonie, le royaume lycanthrope de Paris, et lui révèle que lui aussi est un lycanthrope. Il lui propose un marché, l’antidote à la lycanthropie contre une mission un peu spéciale. Un grand nettoyage façon Van Helsing, mais pour ses pires ennemis.

Mastication est un titre totalement délirant, mais aussi totalement réussi. Imaginez une folle plongée dans l’underground parisien, où se cotoyent les gothiques, les fans de japanimation, les métalleux, les vampyres et les lycanthropes à la sauce japonaise, mélangez le tout, faites cuire au bain marie pendant une petite nuit de folie et prévoyez une armure avant d’ouvrir. Et vous verrez le résultat obtenu. Tout ceci servi par un majordome serbe, psychopathe et immoral. Je vous le promets, ça dérange pas mal.

Tout ceci accompagné d’un humour omniprésent, des petites répliques acerbes et douces-amères placées par Jean Luc Bizien dans la bouche de ses personnages. Le sujet est grave, macabre et sanguinolent parfois, mais aussi grandiloquent pour ne pas dire guignolesque. Vous avez vu le film Underworld peut être ? Et bien ce n’est pas ça, c’est meilleur et beaucoup plus parodique.

Les scènes de combat sont délectables, autant le Professeur Van Helsing fait preuve d’une grande maîtrise de soi, autant Vuk s’en donne à coeur joie, s’épuise parfois dans le vide et brasse beaucoup d’air pour notre plus grand plaisir. Malgré ses défauts innombrables et son caractère détestable, on s’attache à lui car il se montre efficace mais humain, même si il n’est pas tellement mieux des monstres qu’il poursuit.

En fait, Mastication est une autre vision des lycanthropes, une vision sociale qui ien que déjà vue est bien racontée ici, avec de bonnes idées qui surprendront l’aficionado et raviront le novice. Et comme l’indique ne serait ce que le titre, le jeu de mot est l’unité de base ici, tout est fait pour plaire au lecteur sans que la qualité en pâtisse. On prend du plaisir à le lire, et on frissone autant qu’on sourit.

Les nuits parisiennes sont bouleversées par une série de morts atroces. Plusieurs jeunes gens, issus de l’underground Goth et Vampyre, sont retrouvés déchiquetés.
Winston Lester Takakura, puissant dirigeant de la lycaonie – la communauté des loups-garous –, s’inquiète du comportement d’une nouvelle génération qui cherche à faire dissidence, provoque les anciens et se livre à des fêtes orgiaques risquant d’attirer l’attention humaine.

Baleine Club Van Helsing (2007)203 pages 9.90 € ISBN : 978-2-84219-4 Couverture : www..2visudesign.com
Baleine 2007

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *