Maurice G Dantec

Naissance :né à Grenoble, le 13 juin 1959
Biographie :
Maurice G. DANTEC a passé son enfance à Ivry-sur-Seine. Ses parents étaient communistes, papa journaliste scientifique et maman couturière.
En 1971 il entre au lycée Romain-Rolland où un animateur socio-culturel l’initie à la littérature de science-fiction. Son nom : Jean-Bernard POUY [futur créateur du Poulpe].

Ado, DANTEC se la joue punk. Il se lance dans des études de lettres en fac avant de collectionner les expériences professionnelles peu satisfaisantes dans la publicité ou le marketing téléphonique. Mais le soir, il retourne à ses vraies amours : la musique, avec son groupe Artefact, punk pour l’attitude contre-culture, techno pour le son.

Il crée en 1992 une société multimédia qui s’effondre immédiatement au déclenchement de la Guerre du Golfe. Au début des années 90, il commence à écrire [sur un vieil ordinateur pourri d’après la légende], et son premier roman, “La Sirène rouge” est un polar rouge vif.
Avec les “Racines du mal”, son deuxième roman, DANTEC est passé du côté science de la fiction, explosant la gentille S.-F. française avec une bonne décharge d’adrénaline.

L’été suivant, DANTEC signe le premier texte du feuilleton du Monde, à l’occasion des 50 bougies de la collection Série Noire. Cela s’appelle “Là où tombent les Anges”. Maurice commence à se faire une petite renommée, on le voit à la TV., (Nulle Part Ailleurs)

Retour vers la musique : en 1997, il est parolier pour le groupe français No One Is Innocent [brrr !] puis forme un duo avec Richard PINHAS.
Son troisième roman est sorti en mars 99 et s’intitule “Babylon Babies”.

DANTEC vit à Montréal, depuis 1997, après avoir fui la vieille Europe – trop molle à son goût depuis qu’elle a prouvé son vide face au drame yougoslave.

Ces “états d’âme” nous vaudront en 2000 un ouvrage baptisé “Le Théâtre des Opérations”, un pavé de plus de 600 pages, sorte de carnet de bord des élucubrations de l’auteur sur l’ex-Yougoslavie, la mondialisation, Jésus Christ, etc.
Il est à craindre que DANTEC n’ait pété les plombs…

source principale: Le cafard cosmique sur internet

Bibliographie :
– La sirène rouge (Roman, 1993, Série Noire, Gallimard, n. 2326)
– Les racines du Mal (Roman, 1995, Série Noire, Gallimard, n. 2379)
– Là où tombent les anges (Nouvelle, 1995, Parue dans Le Monde pour célébrer les 50 ans de Série Noire) [63 p.]
– Journal métaphysique et polémique T1 : Le théâtre des opérations (gallimard 1999)
– Journal métaphysique et polémique T2 : Laboratoire de catastrophe générale (gallimard, 2001)
– Périphériques (recueil de nouvelles, 2003) dont sont extraites celles du librio
– Villa Vortex (Gallimard, 2003)

Plus anecdotiquement, il préface un ouvrage d’Hosmany Ramos (Marginalia), écrit “Les larmes de Nietzsche” avec son pote musicien (3 albums ensemble :

Adapatation :
La Sirène Rouge adaptée en 2003 avec JM Barr