Meurtre des Nuages de Lil Esuria

Lorsqu’un jeune garçon très timide et réservé découvre qu’il est capable d’obtenir ce qu’il veut à partir du moment où il l’écrit, sa vie et son état d’esprit vont changer radicalement… Comme on peut le craindre, ce ne sera pas dans le bon sens.
Dans un texte dont le style rendrait presque acceptable les horreurs commises par Max, Lil Esuria montre la longue descente en enfer d’un adolescent en mal de relations.
Le monde de Max est dur, froid et impitoyable… Drogue, Sexe et Rock’n Roll pourrait résumer ce roman mais contrairement à l’habituel refrain sur cette période de nos parents, on n’a vraiment pas envie de vivre la vie de Max.
Rêve versus Réalité, nous sommes toujours écartelés entre les deux visions, qui se mélangent tout au long des pages avant de s’estomper, comme si la réalité rattrapait le fantasme du jeune homme et que finalement tout se paie.
Ce roman est un premier essai réussi pour Lil que j’espère lire à nouveau prochainement.

Garçon solitaire et taciturne, Max trouve à travers l’écriture un moyen d’évasion.
Quand, à force de les projeter sur le papier, ses fantasmes prennent corps dans la réalité, il s’engouffre dans leur exploration jusqu’aux extrêmes, dans une spirale destructrice qui anéantit ce qu’il croyait être ses désirs.

Lil Esuria s’est glissée dans l’esprit dérangé de Max afin qu’il nous raconte son histoire, une histoire sombre où les rêves les plus beaux se transforment en cauchemars, où la violence des mots tente de se substituer à la violence du désir qui oppresse Max, qui nous oppresse tous.
Les Netscripteurs (Mars 2010)136 pages 9.50 € ISBN : 9782952999410 Couverture : Laurie Liautaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *