Momie de Sang de Max-André Rayjean

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 8.0/10 (1 vote pris en compte)

Momie de Sang :(1974 – 1975) : Isabelle est une jeune fille très intelligente mais qui a décidé de se rapprocher d’Elias, garçon excentrique vivant en marge des autres habitants. Malgré un premier contact difficile et une mise en garde ferme du jeune homme quand aux risques qu’elle prendrait à se rapprocher de lui, la jeune femme force le domicile du berger et fera une découverte horrible dans les sous-sol… Pire, elle se fera violer et attendra consécutivement à cette agression un enfant.

Deux fentes ont été ménagées à hauteur des yeux. En vain Isabelle cherche-t-elle à observer la couleur des prunelles du monstre humain. Il lui semble qu’il y a le vide derrière les deux fentes. Un vide affreux…

Dans ce premier roman proposé par Rivière Blanche, nous plongeons dans une histoire vraiment étranges. Les origines d’Elias nous font rapidement penser à une momie au sens habituel du terme, et il est bien difficile de comprendre la relation entre le jeune homme et cette momie mais rapidement, nous comprendrons que l’intrigue est un peu plus complexe qu’elle n’y parait et que nous sommes en face d’une malédiction ou autre dont nous n’apprendrons d’ailleurs pas grand chose…

Le récit est bien mené bien que j’ai trouvé que certains passages nous laissaient un peu sur notre faim : j’aurai bien aimé comprendre les origines du mal mais aussi certains des comportements qui entourent l’activité de la momie. En outre, j’ai été assez gêné, comme sur le second roman d’ailleurs, par les propos concernant les « étrangers » (dans ce premier roman, il s’agit d’un profil égyptien, dans le second, cela concerne plutôt les gitans)…

Un roman qui s’inscrit pleinement dans ce qui fût la collection Angoisse de Fleuve Noir.

Le Secret des Roches Noires : Alain De Neyer est issu de la noblesse et se destine à un métier de vétérinaire. Mais, ce n’est pas son avenir professionnel qui inquiète actuellement le cadet d’une famille de 3 enfants : son frère est tombé gravement malade et cela semble lié, si l’on en croit son frère, à une très vieille malédiction : 3 générations de De Neyer ont été touchés et sont morts. Voulant comprendre les origines du mal mais surtout le moyen d’arrêter la malédiction, le jeune homme fera appel à un journaliste habitué à ce genre d’enquête, suite à la mort de son frère aîné Henri et à la maladie qui touche son second frère Jean-Marie. Tout semble lié au château de Roches Noires, seul héritage de la famille.

J’ai trouvé ce second titre beaucoup plus angoissant que le premier, la tension narrative étant beaucoup plus marquée. Mais par contre, je trouve la fin un peu abrupte, trop facile, comme s’il fallait absolument clore rapidement le dossier. Le journaliste qui mène l’enquête, Henri Gil, est déjà à l’oeuvre dans un précédent roman « Le Sang et la Chair » (non chroniqué sur notre site).

Je suis toujours perplexe sur les propos de l’auteur quand aux populations nomades et il y a un petit fond de racisme qui me gêne (bien qu’il ne me semble pas contradictoire avec la période dont date le roman).

Pour finir, je trouve que la couverture est superbe !

Black Coat Press (Août 2012) – Rivière Blanche – 317 pages – 20.00€ – 9781612271255
Couverture : 
Alexandre Tuiz

MOMIE DE SANG: En fouillant la maison d’Elias, un garçon bizarre qui vit seul dans les Alpilles avec son troupeau de brebis, Isabelle découvre un mystérieux sarcophage. Mais il existe des créatures qu’il est préférable de ne pas réveiller…

LE SECRET DES ROCHES NOIRES: Les De Neyer sont, de père en fils, victimes d’une mystérieuse malédiction liée à l’étrange château des Roches Noires bâti jadis par un alchimiste. Alain de Neyer fait alors appel à Henri Gil, détective de l’étrange, pour le sauver d’un sort épouvantable…

Deux grands romans inédits d’un maître de l’épouvante, initialement prévus pour paraître dans la légendaire collection Angoisse du Fleuve Noir, sont enfin publiés pour la première fois.

Momie de Sang de Max-André Rayjean, 8.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *