Métal hurlant de Valerio Evangelisti

Dilvich : Quatre nouvelles aux noms évocateurs de groupe de heavy metal. Mais bien faire attention metal n’est pas vraiment métal

Orcusnf : Nicolas Eymerich est confronté à un démonolâtre juif sodomite atteint d’une bien étrange maladie. A notre époque, une toute aussi étrange maladie, le virus de Marburg, après avoir fusionné avec le SIDA, s’est répandu parmi les hommes, nécrosant leurs chairs. L’humanité est obligé de fusionner avec le métal pour survivre.

Pantera, pistolero mexicain est engagé par une petite bourgade qui se vide peu à peu de sa population. Car depuis plusieurs mois, une horde de cavaliers spectraux ravage les villages alentours, ne laissant que ruine et désolation derrière eux. Et les habitants du dernier village encore peuplé savent que leur tour est venu, mais même les rites ancestraux du pistolero ne peuvent venir à bout de la culpabilité de tout un village.

Au Brésil, les criminels et les opposants politiques sont enfermés dans une prison moderne, où leurs corps sont enfermés dans une gangue de colle. Deux frères, l’un devenu policier, l’autre guerillero, décident d’arrêter les hostilités pour s’unir et libérer l’un de leurs amis enfermés là bas.

Dans les états du sud des USA, la guerre a éclaté entre blancs et noirs suite à une épidémie dont on accuse les noirs d’être responsables. Retranchés dans une petite ville, les derniers afro-américains domptent le métal et les alligators pour repousser les assauts de leurs adversaires.

Dilvich : Venom : 1353, Nicolas Eymerich, grand inquisiteur redouté des faibles et des puissants, tient dans ses geôles deux démonistes. L’un d’eux est malade, très malade, mais cela ne ce voit pas.
En parallèle une mission sainte, dans un futur très lointain de celui Eymerich, détruit systématiquement tout le peuple africain, humain ou animal, cause désignée d’une maladie aux effets destructeurs, porté par un virus mutant, le Marburf-VIH, ou Ogoun. Mais Ogoun est aussi un dieu africain.

Première trace de métal, avec la reconstruction grâce à un métal symbiotique, des corps humain, rongé par une maladie. Première confrontation entre la croyance chrétienne et les représentations physiques, réelles des dieux africains. Fils rouge entre les quatre nouvelles, que la guerre commence.

Mots clefs : Eymerich, VIH, épidémie, Afrique, dieux, dieu,

Pantera : Pantera est un mexicain, tueur à gage, mais aussi un Palero, sorte de sorcier vaudou, à la philosophie qui peu paraître particulière. C’est aussi le seul qui pourra peut être arrêter les dix immenses cavaliers, figés tel des géants en haut d’une colline, menaçant de détruire la petite ville.

Quel lien entre avec le métal dans cette nouvelle ? Et bien je ne sais pas. Par contre, oui, les dieux africains sont bien là, représenter par le Vaudou de Pantera.

Mots clefs : western, vaudou, esprit, orisha, Bien/mal, dieu,

Sepultura : Brésil, en pleine jungle. Sepultura est une prison, encore plus loin dans le futur d’Eymerich. Une prison où l’on baigne jusqu’à la taille ses « résidents » dans une gelée, sorte de colle, qui peu à peu ne fait plus qu’une avec le corps humain.

Dans une société ou l’on peu impunément et de manière organisée, tuer les enfants, parce qu’il y en a trop dans les rues, cette prison ne semble pas si horrible. La nouvelle ne fait que reprendre un des problèmes actuels de la société Brésilienne. La solution d’Evangelisti fait froid dans le dos, froid parce que possible, souvenez-vous des brigades de la mort.
Mais on avance dans les échanges corps humain et produit de la technologie, avec toujours la présence des sorciers vaudou, et des peuples africains.

Mots clefs : Politique fiction, Brésil, Vaudou, prison expérimentale, révolution,

Metallica : On rattrape le temps. Eymercih est bien loin dans le passé, mais la guerre sainte des inquisiteur à pris une autre dimension.
La situation est simple.
Les noirs sont le peuple par qui tout ce qui est mal est arrivé. Ce ne sont que des animaux fait plus de métal que de chair, porteur de La Maladie, aux croyance impies.
Les blancs aryens et leurs cohortes, aux noms évocateurs, Milice Chrétienne du Wisconsin, l’Armée du Christ Guerrier, qui vont une fois pour toute nettoyer le monde de l’infection africaine.

Avec un racisme bilatérale, le dernier combat entre deux cultures, deux peuples, ou le métal prend vie sous l’impulsion d’un dieu africain.

Orcusnf : Ne vous fiez pas au quatrième de couverture, ce n’est que bêtise, les histoires sont plus intéressantes que ce qu’il en dit. Car Valério Evangelisti, un des rares auteurs italiens de sf traduits en France, notamment grâce à sa série sur Nicolas Eymerich, que nous avons entrepris de chroniquer, d’ailleurs nous retrouvons ici le célèbre inquisiteur ainsi que sa biographie.

Métal Hurlant, c’est 4 univers distincts, 3 anticipations cauchemardesques et un récit fantastique passé, pour un total de quatre enfers romancés. Quatre visions horrible de ce que peut être ou devenir la réalité, de ce qui peut arriver, même sans trop forcer sur la cohérence. Sombre oui, effrayant bien sûr, et encore pire, possible. Enfin pas trop quand même, mais suffisamment pour nous faire frissonner un peu.

Une écriture puissante, des idées fortes à connotation fantastique, où la science devient un cauchemar de fiction, des héros fouillés malgré leur quelques pages, Métal Hurlant est un très bon recueil, et il prouve que la sf italienne est décidément bien portante et mériterait plus de visibilité en france. ( or, les seuls textes italiens traduits le sont chez Eons)

Quand le métal supplantera la chair…

Quatres visages de la peur, quatre rencontres avec l’indicible placées sous le signe de l’enfer et inspirées par la musique Heavy Metal, bande sonore rêvée du gothique moderne.

Venom 1353, le grand inquisiteur Nicolas Eymerich mène l’enquête sur une étrange maladie qui sévit à Barcelone, et ouvre le bal des maudits.

Pantera Une horde fantôme sème la destruction et la mort dans une ville-frontière de l’Ouest sauvage. Le seul à pouvoir l’affronter est un pistolero métis rejeté par tous et détenteurs de secrets vaudous effrayants.

Sepultura Dans l’univers carcéral extrème d’une prison expérimentale perdue en pleine jungle du Brésil, la terreur régne en maître car ici, les hommes font corps avec leur geôle.

Metallica Tandis qu’une guerre raciale dévaste le sud des USA, le métal s’anime, se propage, et tente de soumettre à sa volonté l’espèce humaine. Peut on réussir à le vaincre ? Et surtout…est ce vraiment souhaitable ?
Rivage (2001)221 pages 16.77 € ISBN : 2-743-60834-X
Traduction : Sophie Bajard, Jacques Barbéri, Serge Quadruppani, Eric Vial
Titre Original : Metallo hurlante (1998)

Couverture : Stan et Vince
Réédition 1998

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *