New Victoria de Lia Habel

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

newvictoriaNew Victoria, tome 1

L’écriture de Lia Habel est agréable et le rythme est bon avec une narration toujours à la première personne mais avec des personnages qui s’alternent à chaque chapitre.
L’univers est un savant mélange entre le XIXème siècle, époque Victorienne, avec ses costumes et calèches, et le monde contemporain voire futuriste avec les dirigeables et tablettes numériques…

 

Nous sommes en 2195, à New Voctoria, une ville reconstruite après une violente guerre.
Nora Dearly, l’héroïne, a perdu son père il y a de cela un an et s’efforce de retrouver une vie normale au sortir de son deuil. Mais le retour au quotidien va être de courte durée car Nora se fait enlever par une armée de zombies.
Quand je dis ‘zombies’, il ne s’agit pas là de corps en décomposition avides de chair fraîche et de cerveau, non ; enfin non, pas tout à fait, ces derniers sont atteints du syndrôme ‘Lazare’, ils sont morts-vivants, certes, mais un serum leur permet conserver un cerveau sain et d’éviter de goûter au cannibalisme.
L’un d’eux se nomme Bram et va peu à peu se rapprocher de Nora. Néanmoins, leur but reste très flou et ne s’éclaire qu’au bout de nombreux chapitres.

 

Pendant ce temps-là, Pamela, la meilleure amie de Nora, est toujours à New Victoria alors que les zombies commencent à envahir la ville, mais cette fois-ci des zombies qui ont faim…
D’autres personnages sont mis en scène mais je préfère ne pas les présenter ici pour ne pas vous spoiler.

 

C’est un premier tome introductif qui présente les personnages et laisse légèrement de côté l’intrigue de fond du syndrôme ‘Lazare’ et des zombies, pour une romance dont vous devriez aisément deviner les protagonistes.
« New Victoria » est un roman qui se lit bien même si j’ai trouvé qu’il manquait parfois de rebondissements et que le steampunk était plus un faire-valoir, un autre univers aurait tout aussi bien fonctionné.
J’ai également trouvé que ce titre se rapprochait beaucoup du « Vivants » d’Isaac Marion tout en étant beaucoup moins original. La mode des zombies est en marche, il va falloir s’y faire !

 

Pour conclure, »New Victoria » est un roman qui se lit bien, un roman de zombies… enfin surtout un roman d’amour pour ce premier tome mais je ne doute pas que les tomes suivants s’intéresseront davantage au syndrôme ‘Lazare’ responsable de cette ‘zombification’. J’ai aimé le rythme et les personnages mais j’ai regretté le manque de rebondissements et d’originalité.

 

Bragelonne (août 2012) – 432 pages – 17€20 – ISBN : 978-2352945925

« La guerre a anéanti les Etats-Unis. Sur les décombres, une nouvelle civilisation a éclos: le dernier refuge de la morale d’un temps révolu. Car l’avenir est terrifiant. Aux frontières du pays, des combats armés font rage, opposant le régime politique en place à des rebelles sanguinaires qui semblent résister à tout, même à la mort. Nora a un destin tout tracé : épouser un membre de la haute société et collectionner les robes de bal. Faire honneur à la mémoire de son père, l’éminent docteur Dearly. Rien, dans sa délicate éducation victorienne, ne l’a préparée à un violent kidnapping, ni à survivre dans le camp d’une faction rebelle. Et pourtant elle devra surmonter ses craintes et ses préjugés pour comprendre la nature du véritable danger qui menace les vivants… comme les morts! »

Titre VO : Dearly departed (2011)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *