Oecum

Une Geste de l’avenir Lointain 1

Impératrice Moa :

A grands traits grossiers, L’oecumène d’or est l’histoire d’un fils de magna de l’industrie qui veut monter sa start-up, porteuse d’un projet idéologique fort. Mais Phaéton, fils d’Hélion, a perdu la mémoire. Le sel du roman se trouve ensuite dans le contexte et dans la mise en scène.
La complexité de l’univers n’est pas rebutante, par contre la façon de le décrire est souvent lourde, bien que chaque élément ait un sens. Prenons par exemple, le nom complet de Phaéton, notre héros : Phaéton Prime Rhadamanthe humidifié (augmentation) noncomposé, profond-conscience, Neuridormé-Base, Gris-Argent Manoria Schola, ère 7043 (le «Réveil »). Je le trouve un peu long, avec le nom, le numéro dans l’ordre des «sauvegardes », le nom de son sophotech, je-sais-pas, je-sais-pas, je-sais-pas, son «école de pensée ». Il y a donc une grande densité dans les descriptions, intéressante, mais qui font cruellement durer les scènes.
Les descriptions des petits rouages de la société apportent une densité à l’univers, mais font parfois apparaître des longueurs inutiles. Il faut pourvoir s’habituer à ce style, sachant que l’on ne sera pas pris dans un tourbillon de péripéties.
Ceci dit, n’étant pas adepte de hard-science, n’ayant jamais réussit à finir Olympos de Simmons, il faut bien avouer que les détails sur la nanotechnologie passent mieux. Et on arrive en plus a suivre l’histoire en lisant en diagonale certains passages.
Bref, le roman se lit de façon tout à fait correct.

Dans cet univers, la psyché ou une partie de l’esprit des protagonistes agitent des poupées, ou ont des représentations virtuelles dans ce que l’on appelle la Mentalité. Faire une sauvegarde de sa personnalité est un concept assez surprenant, mais on arrive assez rapidement à s’habituer à l’idée. Concevoir son esprit et celui des autres comme un ordinateur, avec ses programmes, ses plug-in, ses up-dates, est non pas réellement déroutant, mais intriguant.
Arriver à concevoir un univers à plusieurs plans, les uns ayant des interactions sur les autres, est assez complexe, et l’on n’aurait pas refusé d’être pris par la main pour mieux comprendre les rouages de l’ensemble. Au final, l’impression restante risque de se teinter de manque de réalisme (même si en SF, il faut faire très attention avec ce genre de notion). La mise en scène des actions dans la Mentalité reste encore peu convaincante car confuses avec les actes «réels ». En tout cas, j’ai décroché à certain moment, ne sachant plus trop où Phaéton était (et pourquoi, aussi…).

Une précision nécessaire, bien qu’on le découvre assez tard : l’histoire se passe évidemment chez les pauvres. Débauche de moyens technologiques, de richesses, et quelques caprices de stars.

L’oecumène d’or est dans la lignée des romans de SF humaniste, axés sur la réflexion sur le devenir de l’humanité, son évolution, et ce que certains auteurs développent comme la «nécessaire conquête de l’univers ». Il est rapidement question de «fin de l’histoire », ce qui peut paraitre attrayant aux yeux de certains personnages.
Ce roman est plein de jolies choses, mais il demande à ce que le lecteur prenne son temps.
[mai 2008]

Situé dans l’avenir lointain, bien longtemps après que les humains sont devenus immortels et se sont confondus avec leurs intelligences artificielles, voici un âge d’or. Le plus baroque sans doute qui ait jamais été décrit. On y trouve pourtant des insatisfaits et des victimes, ainsi Phaéton de Rhadamanthe, amputé de sa mémoire. Quel crime a-t-il commis ou projetait-il de commettre ? Est-ce parce qu’il redoute que l’humanité ne s’enlise dans le délire d’un confort cosmique ?. Phaéton va partir à la recherche de son passé, de sa mémoire, de sa fabuleuse richesse évanouie, de son amour perdu, à travers un cycle de trois volumes qui vont le mener bien au-delà des frontières de l’Oecumène. Une geste de l’avenir lointain comme vous n’en avez jamais lu. Est-ce que vous la méritez.
Le Livre de Poche Science-Fiction (Novembre 2007)542 pages 6.95 € ISBN : 9782253121992 Titre Original : The Golden Age (2002)

L’Atalante 2003426 pages 21.00 € ISBN : 9782841722549
QuatrièmeOn était à la veille de la Transcendance, un événement d’une solennité, d’une signification telles qu’il ne pouvait se produire qu’une fois par millénaire, et les gens de tous noms, itérations, phénotypes, compositions, consciences et neuroformes, de toutes les écoles et de toutes les ères, étaient venus le célébrer, accueillir la transfiguration et s’y préparer. L’heure était à la liesse. Et pourtant, même en un pareil âge d’or, il s’en trouvait certains pour refuser d’être satisfaits. Ainsi Phaéton de Rhadamanthe. En cet âge d’or, l’âge de l’Oecumène d’or, où les hommes sont immortels et dominent leur destin, assistés d’intelligences artificielles et d’une technologie incomparables, pourquoi l’a-t-on amputé de sa mémoire? Quel crime a t-il commis pour avoir accepté le châtiment de l’amnésie? Est-il un aventurier dangereux ou bien la victime d’un conservatisme frileux? Au risque de se condamner à pire encore, c’est ce qu’il a décidé de savoir. Ambitieuse tentative d’extrapoler une humanité de l’avenir, L’Oecumène d’or est le premier roman de John C. Wright

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *