Ombres de Wielstadt (les) de Pierre Pevel

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

Une autre Allemagne, en 1620, au début d’une Guerre des Trente ans. Le pays est ravagé par les combats entre catholique et protestant, entre les luthériens et calviniste et l’Empereur, mais aussi contre les différents envahisseurs.

Mais tout cela ne touche que peu Wielstadt. Au dessus de cette immense ville fortifiée, où vivent, contraints et forcés catholiques, protestants et juifs, un dragon veille. Peut être le dernier des grands anciens. La ville n’a jamais été attaquée… en fait si, mais jamais prise par les armes. La ville fait parti du territoire du Dragon, et personne n’a à envahir son territoire. C’est tout simple. Et si cela se passe mal dans la ville elle-même, quelques maisons, bâtiments et personnes liquéfiés dans la chaleur de son souffle brûlant, sans discernement, égalitairement pourrait-on dire, calme les ardeurs politiques ou religieuses les plus…ardentes. Une ville presque calme quoi. Une ville où peuvent vivre en harmonie humain, centaures, ou satyres

C’est dans cette ville que réside l’un des plus fervent combattant contre les forces obscures. Celle des Mondes de l’Ombre, des Limbes. Le Chevalier Kantz, armé de toute sa foi, et de ses connaissances en Kabbales combat les esprits qui n’ont rien à faire sur notre plan d’existence. Il est connu d’elles comme un Chasseur. Erudit et fin bretteur, une main tatouée d’un pentacle on fait appel à lui, tout en le redoutant contre les forces contre lesquelles une épée ne suffit plus.

A peine revenu d’un long voyage à l’extérieur de la ville, il va se retrouver confronté à une âme vengeresse, ancien Magicien assassiné. Le combat, tout aussi bien physique que mentale et moral va être rude. Ses investigations dans Wielstadt vont nous faire découvrir cette ancienne ville, ou plusieurs sociétés coexistent, noblesse et brigand, loi et secte, catholique et protestant. Une ville moyenâgeuse comme aime tant les utiliser les maîtres de Dongeons et Dragons. Une ambiance noires ou la violence est maîtresse de la nuit.

DILVICH
Une première impression en lisant ce livre. Le vocabulaire, les formulations dépaysent à eux seuls. Sans être obligatoire, le dictionnaire peut être utile.
Comme dans toute bonne uchronie, on est à une époque connue de notre histoire, mais les changements sont si bien plongés dans l’histoire réelle que l’on se sent « chez soi ».
Les personnages sont tous construits, pas de potiche pour faire du remplissage.
Pour finir, c’est encore un bon bouquin pour donner envie de se renseigner un peu plus sur cette période, car s’il y a fantasy dans le récit, uchronie dans l’histoire, il reste que beaucoup de choses restent vraies, comme l’existence de sociétés secrètes (secrètes ne veut pas dire pas connues, mais cachées 😉 ) au dessus des lois, par exemple

A suivre dans Les masques de Wielstadt

Si vous aimez ce genre, entre réalisme médiéval et enquête, voir aussi les Livres de Viviane Moore avec Chevalier Galéran de Lesnene, ou bien ceux que Arthur Ténor avec le Félin, celui-ci s’adressant à un public jeune, mais qui se lit quand même avec plaisir par les « adultes ».

ETIENNE
Très peu amateur de fantasy, j’ai cependant trouvé dans ce livre le plaisir que j’ai à lire pratchett. Le rapprochement n’est pas fortuit : Wielstadt, par son époque, ceux qui la peuplent et le centrage du livre sur cette ville, n’est pas sans rappeler ankh morpok.
Le livre a fait l’objet d’une indéniable recherche historique pour situer l’uchronie dans un univers qui m’est peu familier (médieval allemand) mais avec quelques notes de bas de page et quelques paragraphes consacrés au contexte, on s’y accoutume. Les mêmes notes de bas de page sont d’ailleurs presque mot pour mot dans le tome suivant, ce qui est un peu dommage mais négligeable. Le vocabulaire contribue d’ailleurs à poser l’ambiance médiévale sans que la lecture en soit alourdie.

Dans ce décor très structuré se déroule une histoire remarquable opposant le royaume de l’ombre et les “gentils” lumineux et ayant la foi. Le Chevalier Kantz est le principal héros du livre, remarquable escrimeur et soutenu dans ses combats par sa connaissance de la Kabbale.

La fin est peut etre un peu rapide: vu comme le livre avançait, j’ai craint que l’histoire ne se déroule sur plusieurs tomes mais non, ils peuvent se lire indépendamment.
De nombreux rebondissements et une intrigue parfaitement maitrisée ne m’ont laissé qu’un commentaire à la dernière page : remarquable.

Pocket Fantasy (Avril 2011) – 750 pages – 11.00€ – 9782266212953

Couverture : Marko Tardito

Hiver 1620 : après s’être acquitté d’une délicate mission pour l’Ordre des Templiers, le Chevalier Kantz revient à Wielstadt, cité allemande protégée depuis toujours par un mystérieux dragon.

Chasseur de démons initié aux arts secrets de la Kabbale, Kantz est un exorciste qui mène contre le mal une croisade solitaire et implable. Rapière au poing, il va devoir traquer une insaisissable meute de goules qui répand la terreur dans la ville.

Parution précédente

Pocket (2003)340 pages 6.40 € ISBN : 2-266-13049-8 Couverture : Julien Delval
Fleuve Noir 2001

Une autre Allemagne, en 1620, au début d’une Guerre des Trente ans. Le pays est ravagé par les combats entre catholique et protestant, entre les luthériens et calviniste et l’Empereur, mais aussi contre les différents envahisseurs.

Mais tout cela ne touche que peu Wielstadt. Au dessus de cette immense ville fortifiée, où vivent, contraints et forcés catholiques, protestants et juifs, un dragon veille. Peut être le dernier des grands anciens. La ville n’a jamais été attaquée… en fait si, mais jamais prise par les armes. La ville fait parti du territoire du Dragon, et personne n’a à envahir son territoire. C’est tout simple. Et si cela se passe mal dans la ville elle-même, quelques maisons, bâtiments et personnes liquéfiés dans la chaleur de son souffle brûlant, sans discernement, égalitairement pourrait-on dire, calme les ardeurs politiques ou religieuses les plus…ardentes. Une ville presque calme quoi. Une ville où peuvent vivre en harmonie humain, centaures, ou satyres

C’est dans cette ville que réside l’un des plus fervent combattant contre les forces obscures. Celle des Mondes de l’Ombre, des Limbes. Le Chevalier Kantz, armé de toute sa foi, et de ses connaissances en Kabbales combat les esprits qui n’ont rien à faire sur notre plan d’existence. Il est connu d’elles comme un Chasseur. Erudit et fin bretteur, une main tatouée d’un pentacle on fait appel à lui, tout en le redoutant contre les forces contre lesquelles une épée ne suffit plus.

A peine revenu d’un long voyage à l’extérieur de la ville, il va se retrouver confronté à une âme vengeresse, ancien Magicien assassiné. Le combat, tout aussi bien physique que mentale et moral va être rude. Ses investigations dans Wielstadt vont nous faire découvrir cette ancienne ville, ou plusieurs sociétés coexistent, noblesse et brigand, loi et secte, catholique et protestant. Une ville moyenâgeuse comme aime tant les utiliser les maîtres de Dongeons et Dragons. Une ambiance noires ou la violence est maîtresse de la nuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *