Pacte des MarchOmbres de Pierre Bottero

“Je ne te comprends pas, je t’aime! C’est mille fois mieux non?”
“Les humains ne sont pas tous pareils ni chacun d’eux pareil tout le temps”
“Même si tu n’es pas vraiment revenue quand tu ne repartiras pas vraiment, tu ne seras plus du tout là et nous, on sera complétement sans toi.”

Les deux dernières viennent de personnages bien particuliers. Si Bottero ne peut se targuer d’avoir inventé une langue, il peut être fier du travail accompli sur celle de Molière pour l’adapter à tous les peuples qu’il a inventés. Oscar des meilleurs dialogues pour le troll! (après réflexion, il faudrait toute une cérémonie pour récompenser les divers énergumènes rencontrés au fil des trilogies…

Je viens de finir cette trilogie, et mon esprit reste encore dans les hautes sphères brumeuses de l’univers de Pierre Bottero, au moins aussi vaste que celui de Rowling, et égal à celui de Tolkien. Oui, des grands noms, non pour faire rougir cet écrivain bien français mais pour vous donner une idée du monde sans limites qu’il a créé…
Après trois trilogies, il ne s’essouffle toujours pas. Après avoir raconté les aventures d’Ewilan dans deux de celles-ci, il en rajoute, persiste et signe la fin de son cycle avec cette dernière, qui tourne autour d’Ellana.

Cette trilogie donc, nous raconte toute l’histoire d’Ellana, depuis son enfance jusqu’au moment où elle rencontre Ewilan, Edwin et Salim, en passant par sa vie avant de devenir apprentie marchombre.
Ensuite, on fait un grand bond dans le temps, pour arriver à la période chronologique après les Mondes D’Ewilan, à la fin d’un conflit, pour retrouver la prophécie qui ne s’est pas terminée.
Et là, ça continue…on retrouve Salim, Edwin, les thüls, raïs, mercenaires et autres frontaliers, un Empire qui sombre peu à peu.
Une fois de plus, tous vont s’allier pour trancher de façon décisive l’avenir de Gwendalavir…

En principe, cette trilogie clôt le cycle, mais il reste tant de choses à apprendre sur le passé de tout le monde, tant de régions à découvrir, tant de peuples à observer…cela se finira-t-il un jour?

Couverture : Jean-Louis Thouard

Laisser un commentaire