Patrouille du Temps (La) de Poul Anderson

Cinq nouvelles et le personnage récurrent d’Everard composent un petit roman sur un thème du voyage dans le temps et autres paradoxes temporels. Ce dernier phénomène est à la fois nié et exploité, ce qui fait qu’on ne sait jamais comment se situer face aux évènements. Mieux vaut se laisser porter, en fin de compte.
Everard est un cliché à lui tout seul : baroudeur au cŒur glacé, qui ne sait se laisser émouvoir par les belles créatures qui bouleversent ses collègues.

Les nouvelles sont toutes des récits d’action, ne laissant aucun temps pour la description ou l’observation. Tout apparaît évident et toujours en mouvement. Le ton est totalement désinvolte, léger, peu soucieux de donner des repères aux lecteurs. Ce n’est certes pas le genre de roman qui donnera mal à la tête, mais il n’en est pas moins distrayant. On passe un bon moment, si l’on souhaite beaucoup d’action et peu de réflexion.

Le lecteur saura cependant apprécier la grandiose ironie acide de « Le grand roi », avec sa construction intelligente et la façon rare dont les émotions perlent sur la conclusion.

J’ai été surprise par l’absurdité des chutes de Gibraltar, qui présente la Méditerranée se remplissant comme une baignoire et qui va à l’encontre de tout les cours sur la tectonique des plaques. On pardonnera à l’auteur, au nom de la licence poétique (l’image est belle, il faut bien le dire).

Lutte contre les mauvaises concordance des temps, création de petites uchronies pleine d’aventure et de rebondissement mais j’ai eu l’impression que l’ensemble était pauvre en sens. Alors que l’auteur a difficilement fait accepté au lecteur que la disparition ou la non-existence d’un individu dans le passé ne peu modifier la trame temporelle, voici qu’il joue avec l’exact contraire dans « l’autre univers ».

L’absence de style et de réflexion mais le bon rythme du récit, l’enchaînement des actions en fait un recueil tout à fait honorable, si on n’attend uniquement de la distraction.

Le Voyage dans le Temps, c’est très bien. En particulier pour les touristes, les historiens et les archéologues.
Mais il y a aussi quelques illuminés qui entendent en profiter pour modifier le cours de l’Histoire. Assassiner un fondateur de religion, changer l’issue d’une bataille, et – pourquoi pas ? – amputer le nez de Cléopâtre, voire se tailler un empire personnel en important de l’avenir des armes prohibées.
C’est déjà inquiétant pour l’humain ordinaire, encore qu’il ne s’apercevrait jamais de cette réécriture de l’Histoire, surtout s’il y disparaissait.
Mais c’est carrément intolérable pour les Danelliens de l’avenir lointain, plus d’un million d’années, les surhommes de l’avenir, qui n’ont aucune envie d’être éradiqués.
Ils ont donc créé la Patrouille du Temps chargée de maintenir l’Histoire dans son droit fil. Qui mène à eux.

Le Livre de Poche Science-Fiction (Novembre 2007)286 pages 6.50 € ISBN : 9782253118770
Traduction : Pierre-Paul Durastanti
Couverture : Jacky Paternoster
Le Bélial 2005

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *