Playground de Lars Kepler

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

Le lieutenant Jasmine Pascal-Anderson intervient avec son équipe au Kosovo lorsqu’elle subira une attaque des insurgés. Grièvement blessée, elle se reveillera dans un étrange port, faisant penser à un port chinois, lequel elle le comprendra vite, représente l’antichambre de la mort. Mais ce port est aussi un lieu où se joue d’étranges transactions en vue de potentiellement revenir à la vie…

Ce roman, que je qualifierai de thriller fantastique, est un peu trop dévoilé par le quatrième de couverture qui raconte une bonne partie de l’intrigue. Jasmine va revenir de cette guerre blessée, et revenue d’entre les morts, elle devra faire la part des choses entre ce qui est à ces yeux une zone de transit entre la vie et la mort et ce que le monde des vivants appellerait  un syndrome post-traumatique.

La jeune femme va devoir se reconstruire en prenant en compte ce templs qu’elle  a passé de l’autre côté. Le talent de l’auteur est d’avoir réussi d’abord à expliquer l’ancrage de cette symbolique dans cette histoire (et notamment pourquoi un monde ressemblant à une ville chinoise ?) et  a faire monter crescendo la tension…

Bien entendu, l’histoire de l’enfant de Jasmine est l’élément qui va relancer l’histoire et il est intéressant de voir comment tous ces événements sont liés.

Les éditions Actes Sud ont encore fait un bon choix de parution et vous allez pouvoir plonger dans cette histoire où même la mort semble victime de mafias de tout genre !

Actes Sud (Mai 2017) – 23,00€ -407 pages – 9782330078256
Traducteur
: Lena Grumbach
Titre OriginalPlayground (2015)
Couverture : Tom Bagshaw

Lors d’une mission de l’Otan dans le Nord du Kosovo, le lieutenant Jasmine Pascal-Anderson est grièvement blessée. Son coeur s’arrête pendant près de quarante secondes avant que les médecins ne parviennent à la réanimer. À son réveil, elle est persuadée d’avoir vu l’antichambre de la mort – une étrange ville portuaire évoquant la Chine ancestrale. Un monde sans foi ni loi sur lequel un gang fait régner la terreur pour s’emparer des “visas” des nouveaux arrivants, seuls viatiques permettant d’espérer un retour à la vie.
Des années plus tard, quand son fils de cinq ans doit subir une opération délicate nécessitant un arrêt cardiaque, Jasmine sait que le petit garçon n’en réchappera pas s’il se rend tout seul dans l’au-delà. Une solution radicale s’impose : provoquer chez elle un coma artificiel et l’accompagner de l’autre côté. Mais une fois réunis dans la salle d’attente entre vie et mort, mère et fils vont devoir affronter de terribles mercenaires sur le playground – véritable théâtre des horreurs.

Puisant dans les méandres de la mythologie chinoise, Lars Kepler est de retour avec un thriller surnaturel qui met aux prises l’amour filial avec la perversité humaine. L’homme serait-il fondamentalement voyeur, attiré par le spectacle macabre de la souffrance d’autrui ? Sur le playground en tout cas, les spectateurs assoiffés d’ultraviolence veulent en avoir pour leur argent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *