pr

Dans la longue lignée des fanzines qui ont émaillé l’histoire du fandom français, il y en a un qui survit encore et toujours à l’envahisseur électronique. Nous ne sommes pas en 51 avant JC, nous ne sommes pas en Armorique, il n’y a pas quatre camps retranchés autour, mais il y a bel et bien une potion magique : le talent.

Il n’est en effet pas facile de survivre aussi longtemps dans un tel univers, même les plus grands magazines ont connu de multiples déboires, voire des cessations d’activités suivies dans certains cas de retour ultérieurs. On ne peut donc que se féliciter qu’une telle structure ait survécu aux multiples soubresauts qu’a connu notre littérature preférée.

A l’origine, alors que les dinosaures régnaient encore sur le monde, il y avait la collection Présence du Futur, issue des éditions Denoël. Devant l’afflux de météorites porteuses de courriers de lecteurs exaltés, la vénérable Yvonne maillard, ptérodactyle en chef, a décidé de contacter tout ces admirateurs pour créer un club. En quelques semaines, le club Pde était né, contenant alors tout juste 100 membres, nous étions en 1992. Le premier numéro a suivi dans la foulée, en novembre 1992. A partir de ce moment là, la machine était en marche, rien ne put l’arrêter, tel un tyrannosaure furieux. Il survit à l’arrêt de la collection PdF, et même à celle de la collection Anticipation de Fleuve Noir. Le genre n’est plus en vogue, mais l’association continue à mener sa petite barque, aidée en cela par les adhérent qui animent les différentes rubriques. Et nous arrivons finalement en 2006, avec ce 49e numéro consacré à Dan Simmons, que je m’apprête à chroniquer.

Je dois dire que la couverture est magnifique, même si le rapport avec Dan Simmons n’est pas évident. ( si c’est ça un moravec, j’achète tout de suite). A part le quatrième de couverture tout aussi sublime, qui nous annonce le dossier du prochain PdE ( ça sent le barbare ici non?), le reste est un peu plus austère. Mais austère ne signifie pas moche, seulement que l’intérieur est en noir et blanc, ce qui est excusé par le brio de la réalisation du magazine. Une maquette impeccable, sur laquelle j’ai relevé étonnement peu de coquilles pour un fanzine ( en fait, la plupart des fautes concernent les éditions des oeuvres traitées, on voit parfois atalante dans la chronique, et le sigle bragelonne sur la couverture, etc.), ce qui doit être remarqué quand on voit l’état de certaines revues aux ambitions plus grandes.( Je ne citerai personne, elles se dénonceront d’elles même) Les articles s’enchainent dans un ordre impeccable, qui réussit à maintenir l’attention du lecteur par sa diversité, une disposition qui doit tout à l’expérience, tenons le nous pour dit.

Nous commençons donc le festival par un dossier consacré à Dan Simmons, un des grands auteurs de ces vingt dernières années à qui nous devons, ferais-je l’offense de vous le rappeler, des oeuvres immortelles comme Hypérion/Endymion, L’échiquier du mal, Le Styx coule à l’envers et, pour être un peu plus récent, Illium/Olympos. Articles, chroniques, essai critique, biographie, bibliographie, tous les aspects de l’auteur y passent, et on en vient même à découvrir certaines choses qu’il cachait bien. Un travail remarquablement documenté pour nous emmener encore plus loin dans l’univers secret de l’auteur.

Tout le long du magazine, nous retrouvons les chroniques du trimestre. D’abord les livres, puis le cinéma et les séries TV, ensuite les bandes dessinées, pour finir par les revues et les jeux(vidéos et sur table). Intercalées entre les dossiers et les articles, elles offrent un moment de détente avant de se replonger dans des sujets autrement plus sérieux. Nous avons droit à un peu de tout, des avis sur de vieux films, des films récents, des séries à venir, des BD pour enfants ou adulte, de tout et en quantité. Et pour ne rien gâcher, la qualité est là, les avis sont clairs et construits, mettant en avant les points forts et faibles des oeuvres. Aucune concession, si la qualité n’est pas au rendez-vous, l’oeuvre sera impitoyablement dénoncée à l’ire populaire.

Surgit ensuite un dossier totalement inattendu sur une série de livres, à mi-chemin entre la BD et le recueil de nouvelles, nommée Terran Trade Authority Books. Assez chers, mais ils ont l’air très bien illustrés. Ces livres imaginent les vaisseaux spatiaux du 21e siècle. Autant dire que l’auteur était un peu trop optimiste, vu que les navettes américaines explosent encore en vol. On est encore un peu loin des gros navires de guerre. Il n’empêche que l’article est instructif et donne quelques bonnes idées de cadeau pour noël…

Puis nous tournons la page pour découvrir l’interview de Eric Chabbert, dessinateur de BD qui continue son petit bonhomme de chemin dans l’édition française. Une interview longue (5 pages) agrémentée de dessins d’Eric Chabbert, qui nous permet d’aborder son univers même sans connaître son oeuvre, au travers de ses goûts, de ses techniques de travail, de ses projets. Un point de vue très technique qui ravira les fans, mais qui semblera un peu obscur pour ceux qui se cantonnent aux livres.

Ah…mais nous voici arrivés à ce qui est peut être la plus célèbre section de pde, je veux parler évidemment de l’ansible, la section qui vous permet de découvrir de la littérature étrangère. Des inconnus comme Maria Doria Russel et Stephen Goldin et, oh surprise, des oublis chez Jack Williamson. Maintenant qu’il est mort ( paix à son âme), peut être que cette lacune sera comblée! En tout cas, la présentation donne envie, si on lis l’anglais couramment bien sûr.

Enfin la voilà, la nouvelle du trimestre. Il s’agit de la voie du sang de Christian Perrot, une nouvelle courte mais efficace sur le thème de la mort et de l’immortalité de l’âme. Les connaisseurs y reconnaitront peut être une certaine influence des Ravens, mais la lecture n’en reste pas moins agréable.

Et pour conclure, la classique section «ceci n’est pas de la SF». Des informations sur les dernières découvertes scientifiques, des plus anecdotiques aux plus incompréhensibles, mais toutes vraies et parues dans des journaux et magazines dignes de foi. Qui sait, on pourrait y dénicher des idées pour les livres de demain.

Et aussi quelques images de la convention de Bellaing en août dernier, auteurs, gagnants, des photos pour ceux qui n’ont pas pu y aller.

Par contre, nous pourrions dire en conclusion que ce fanzine est bien réalisé, avec un contenu riche et diversifié, des chroniques récentes qui donnent un avis éclairé sur la question, et des articles de fond instructifs. Néanmoins, on regrettera le manque de nouvelles. Lacune qui est compensée par le second magazine du club PdE, il s’agit d’AOC, que vous trouverez lui aussi sur le site de l’association. Donc, pour 5 euros par trimestre ( 8 avec AOC), vous avez un magazine qui n’a rien à envier à la concurrence. Certes le format est plutôt réduit, mais vous n’êtes pas envahis par la publicité, et c’est vraiment agréable.

A l’affiche :

– Dossier Dan Simmons, entre science-fiction et cruelle réalité
– Interview d’Eric Chabbert
– The Terran Trade Authority Books
– Reportage photo Instants de Bellaing 2006
– La page illustrations: Ygerna, princesse d’Hyperborée, de Yohan Vasse

Articles :

– Livres : Les Futurs Mystères de Paris #9, L’Amour au temps des dinosaures, L’Epée de vérité #1, Le Dernier Rayon du soleil, Les Sources de la magie, La Mort du chaos, Deathworld, Les Planètes pirates #1, Le Cycle des pierres #1, Lurulu, Fantasy 2005, L’Anniversaire du monde, Altérations, La Grâce et le venin

– Bandes dessinées : Galathéa #1, Les Aventures de Luther Arkwright, Zappa et Tika #1, Mélusine #14, L’Héritage d’Emilie, Mandalay #1, Negima! #1, Prince Lao #1

– Cinéma : News, Nausicaä de la vallée du vent, Le Labyrinthe de Pan, La Jeune Fille de l’eau, La Science des rêves, Pirates des Caraïbes #2, A Scanner Darkly, Excalibur

– Télévision: News, Surface, Kyle XY

– Jeux : Heroes of Might and Magic #5, Te Deum pour un massacre

– Revues : Faeries #22, Lunatique #72, Géante Rouge #4, Bellaing 2006

– Ansible

– Des Nouvelles de la galaxie (news)

– Ceci n’est pas de la SF (news scientifiques)

Nouvelle :

– La Voie du sang de Christian Perrot

Illustrations intérieures : Totor, Eric Chabbert, Yohan Vasse, Olivier Ledroit, Sandie Levent

Photos : Georges Bormand

http://www.anneau-monde.com/

Pour le commander :
Envoyer un chèque de 5 euros à l’ordre de “Club Présences d’Esprits” à
Club Présences d’Esprits
c/o Yohan Vasse
32 rue des Prés
77910 BARCY


Club Présences d’esprits (novembre 2006) Couverture : Roger Nguyen
En savoir plus

Laisser un commentaire