Que passe l’hiver de David Bry

Que passe l’hiver de David Bry vient de paraître en poche et si, comme moi, vous aviez manqué la première parution, cette réédition est une chance de découvrir cet excellent roman, “Coup de coeur” des imaginales comme l’indique le bandeau.

Dans l’univers de David, le jeune Stig, enfant en marge de son clan Feyren, même s’il est le fils du chef, est impatient de participer pour la première fois aux festivités du solstice d’hiver. Comme chaque année, les quatre clans qui permettent un équilibre, se retrouvent pour renouveler leur allégeance au Roi de l’Hiver, voix incarnée du dieu Urian et son oreille aussi. Chaque clan issu de ce Dieu bénéficie d’un pouvoir qui lui est propre.

Mais l’inquiétude règne… Anasie, prophétesse des Feyren, l’annonce dès le départ : les augures ne sont pas bonnes et une grande tristesse est en approche…

“Les augures chantent la mort”, lui avait dit Anasie. “La mort, et la souffrance. Ils parlent de la fin de toute chose. Et de toi, Sig”

Alors que Stig pense profiter de sa première participation, les événements étranges se succèdent : il est victime d’un accident qui aurait pu lui coûter la vie ; le seigneur Conrad Dewe meurt étouffé… Les événements se précipitent et Stig, dont le sens de l’observation n’est plus à démontrer se pose des questions sur les attitudes d’un certain nombre de participants à la grande soirée.

La narration de David transforme cette histoire en un conte. L’histoire d’un jeune garçon au pied bot qui cherche sa place dans son clan et au-delà. La vision de ce jeune garçon, rend sa perception poétique. Nous sommes en totale immersion dans l’esprit du jeune garçon et plongeons dans une histoire qui va se complexifier au fur et à mesure.

Un fil du destin se brise, un autre se renforce.

L’histoire se construit au fur et à mesure, portée par cette phrase qui comme une ritournelle, nous fait avancer dans les différents possibles, nous interrogeant à chaque page sur ce que seront les choix des proches de Stig et de son entourage, et quelles en seront les conséquences.

Ce roman, un one-shot, est une réussite… Un livre poétique et fort qui vous réservera de nombreuses surprises tout au long du récit et jusque la fin…

Pocket (avril 2019) – 485 pages – 8.60 € – 9782266289061
Couverture
: Simon Goinard

Stig, cadet du clan Feyren, se réjouit de participer pour la première fois aux festivités du solstice au sommet du Wegg, demeure du roi de l’hiver, signe de son passage à l’âge adulte. Le jeune homme au pied bot, difformité qui lui vaut le mépris son père, observe avec candeur et enthousiasme les conteurs, danses, ripailles et conversations, n’osant encore se mêler aux membres des trois autres clans. Mais lorsque le seigneur des Dewe s’écroule brutalement, la fête se teinte de la couleur du deuil. Et l’atmosphère glacée se fait plus étouffante.
Au cœur de la Clairière, les bûchers mortuaires brûlent et signent déjà la fin d’un monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *