Réédition du cycle de Mars de Kim Stanley Robinson

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

la trilogie martienne de Kim Stanley Robinson est une oeuvre majeure de la Science Fiction. Les éditions Pocket vous permettent de la (re)découvrir en format poche.

Mars la rouge (13 septembre 2018) – 672 pages 

Chronique d’Orcusnf

Ils sont arrivés sur Mars la Rouge. Leur but ? Recommencer l’Histoire dans un décor nouveau. Bâtir un monde neuf, en rupture avec la Terre déliquescente qu’ils ont quittée. Sous le leadership de deux Américains et d’une Russe, les colons s’attaquent à l’installation d’infrastructures de base sur la planète. Il faut descendre dans ses canyons vertigineux pour y chercher de la glace, ensemencer les vallées où coulèrent les fleuves, il y a des millions d’années. Il faut inventer de nouvelles villes, avec des matériaux et des concepts innovants. Et il faut faire vite car les immigrants arrivent, de plus en plus nombreux, en provenance d’une Terre surpeuplée. Le rêve sombrera-t-il dans le chaos ?

Mars la verte (13 septembre 2018) – 862 pages

Chronique d’Orcusnf

Quelques siècles après le premier atterrissage, Mars a définitivement changé de couleur. Les patients efforts des colons sont récompensés : aidés par une longévité surhumaine, ils ont permis à une flore élémentaire de se frayer un chemin entre les roches. Le réchauffement du sol a libéré mers et océans ; des nuages sont apparus dans le ciel.

Mais les hommes et les femmes ont changé eux aussi. Depuis la révolution durement réprimée de 2061, les Cent Premiers se sont dispersés sur toute l’étendue de la planète. Ils sont divisés. Certains sont rentrés en guerre contre les terraformeurs et leur projet qu’ils qualifient de crime écologique. Une course-poursuite s’engage entre les tenants de l’éco-économie, déterminés à préserver la sauvagerie initiale de la planète, et les multinationales, avides de récupérer les profits liés aux mines martiennes et à l’ascenseur orbital construit sur l’équateur de la planète argentiers du monde, sera terrible.
 
Que deviendront les Terriens, désormais prisonniers d’une planète surpeuplée, miséreuse et polluée ? Tout peut à nouveau basculer dans la violence, et le rêve d’une Mars vivable et douce se transformer en cauchemar.

Mars la bleue (13 septembre 2018) – 960 pages

Mars n’est plus qu’un roc hostile qui tourne là-haut, dans le ciel. Mars est un monde bien vivant. Le Bleu a triomphé. Mars est “terraformée”. Ceux qui espéraient préserver la planète rouge dans sa terrible beauté ont perdu la bataille. Leur objectif, désormais : empêcher l’invasion de Mars par les Terriens.La tentation isolationniste est forte. C’est la position que défendent les partisans du parti Mars Libre. Ces derniers ne veulent pas comprendre que, sur la planète mère, la situation est désespérée : un déluge cataclysmique a fait monter l’eau des océans, aggravant un problème de surpopulation déjà crucial.
Et l’administration du traitement de longévité ne va pas arranger les choses…

On ne voit pas ce qui pourrait empêcher les Terriens, poussés par le désespoir, n’ayant plus rien à perdre, de déclarer la guerre à Mars.

Une solution s’impose : la conquête des autres planètes du système solaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *